mardi 9 mai 2017

Lettre à France... et accessoirement à Brigitte.

Non, je ne ferai pas mon Michel Polnareff... car ce que j'ai à lui dire, à la France, ce n'est pas un message d'amour plein de regrets ou de remords.

La France... le plus beau pays du monde, le plus ouvert, le plus vivant, le plus... tout, en fait. C'est ce qu'on dit, en tout cas.
La France, pays des Droits de l'Homme, pays des plus grandes libertés fondamentales.
La France... des Lumières, des Esprits, des grands créateurs, des grands penseurs...

La France,  elle a de la merde plein la gueule.

Oups.

Mais c'est vrai.

La France, elle descend dans la rue pour casser du pédé. La France, elle gueule quand un couple du même sexe s'aime et veut se marier ou adopter. La France, elle est Charlie un jour, mais elle te démonte en 5 minutes tout qui ne pense pas comme elle. La France, elle critique, elle montre du doigt, elle aboie, elle régresse. La France, elle décide de ce que tu peux faire ou non de TON corps. La France, elle rejette la différence. Elle rejette toutes les différences. La France, elle s'attaque au physique, à l'âge, à la couleur, à la famille, à la beauté, à l'amour.
La France, elle est -phobe. Elle est même très souvent miso-.

La France, elle est laide et elle pue de l'intérieur.

Voilà, j'l'ai dit. Et j'irai même jusqu'à dire que je suis fière de ne pas être Française.

Madame Macron, bien que je n'aurais certainement pas voté pour votre époux (d'ailleurs, je n'aurais certainement pas voté du tout), je vous souhaite énormément de courage pour les cinq années à venir.
Parce que pour être la première dame d'un tel pays ayant une telle mentalité, il va vous en falloir.
Et j'admire votre force, parce que moi, après seulement trois jours, je vous avoue que j'aurais fui tous ces connards. En Belgique, tiens, pourquoi pas ?!

Quand je lis ce que je lis, quand je vois ce que je vois, quand j'entends ce que j'entends, j'ai honte pour la France.

Je suis hallucinée par toutes les méchancetés qui déferlent sur le net (et ailleurs) actuellement. Je suis hallucinée par tant de haine, de connerie, de mauvaise foi, de... saletés.

La France est sale.

Oserais-je rêver d'une France plus belle ? Car à leur majorité, mes Bad Gnomes auront le droit de choisir entre les deux nationalités...


(NB : je ne mets pas tout les Français dans le même sac, bien entendu... mais vu de l'extérieur, la France, c'est surtout ça... )

Aucun commentaire: