samedi 16 septembre 2017

Un mois et demi que je n'étais pas revenue par ici.
Et là, rien qu'aujourd'hui, je viens pondre deux billets ! ^^

Mais c'est la faute d'Emma June, qui m'a taguée sur son blog ! Et comme je n'ai jamais été taguée auparavant, et bien j'ai décidé de jouer le jeu et de répondre honnêtement aux quelques questions posées. :)

- Présente-toi en quelques mots, combien as-tu d'enfants ? Quels sont leurs prénoms ? Quel âge ont-ils ?

La présentation sera rapide, je ne sortirai pas de mon anonymat. Je m'appelle donc Vanette, c'est le surnom que mes sœurs me donnaient, enfant. J'ai un peu moins d'un demi siècle, et trois garçons : Tica, 22 ans, Tutus, presque 7 ans, et Wicosh, 5 ans et 12 jours !
Ces trois noms sont ceux donnés par Bad Baby (Tutus) à ses frères et lui-même quand il commençait à parler. :)


- Avant de connaître officiellement le sexe de ton enfant, le connaissais-tu déjà au plus profond de toi ?

Non, sauf pour Bad Mini Boy, le petit dernier, j'étais persuadée que j'aurais une fille, la grossesse était tellement différente des deux autres... Raté ! ^^

- Maman au foyer ou maman au travail ?

Maman au travail. Ceci dit, je suis restée maman au foyer jusqu'à janvier 2016. Je n'avais aucune envie que mes deux petits derniers soient gardés par une ou plusieurs inconnues. Nous ne sommes pas originaires d'ici, et ne connaissons personne. Hors de question pour moi de les confier à une gardienne, une babysitter, ni même à une crèche.
A l'époque du Ptit Con, c'est maman qui s'en occupait. Les premiers mois de Bad Baby, c'est mon Bad Boy qui était papa au foyer.


- As-tu un objet ou quelque chose de symbolique faisant référence à tes enfants qui ne te quitte jamais ?

Non, à part leur photo en fond d'écran de mon smartphone.
Ah si ! J'ai des vergetures. Elles sont là pour me rappeler que eux sont là ! :p


- As-tu déjà vécu une situation où ton instinct de maman a pris le dessus ?

Non... ou peut-être oui, dans les bus. Quand les gens foncent comme des malades pour avoir une place assise et qu'ils n'en n'ont rien à foutre que ton petit soit à hauteur de leurs sacs ou de leurs bottines. J'ai déjà gueulé plus d'une fois. Et toujours sur des vieux. Les vieux, c'est une catastrophe, dans les bus. Ils pensent que leur âge leur permet tout. On devrait leur en interdire l'accès ! ^^

- Fais-tu partie de ces mamans qui ont gardé leur test de grossesse ? 

J'ai les trois tests. J'ai les bouts de cordons, tombés après quelques jours. J'ai toutes les dents de lait (enfin, pas encore celles de Bad Mini Boy, mais ça va venir). :))

- As-tu du mal de te séparer des affaires de tes enfants ?

Non. Aucun mal. Ce qui ne sert plus, je m'en débarrasse. Je jette, je donne ou je vends. Je garde des dessins. Et j'ai gardé le doudou du Ptit Con... je garderai les deux autres quand ils n'en n'auront plus besoin.

- Un achat qui te trotte dans la tête depuis quelques temps mais que tu n'as pas encore fait ?

Une maison... notre vrai chez-nous... un jour... peut-être.

- On dit souvent que pour un premier enfant, on a du mal à acheter d'occasion. As-tu réagi différemment pour ton deuxième ?

J'ai eu deux fois un premier enfant... le tout premier en 1995, le second en 2010... donc j'ai dû acheter du neuf pour ces deux-là... en 1995, on n'achetait pas en seconde main. Ou alors on récupérait de la famille. Moi pas.
Le troisième a récupéré des trucs de son frère, mais par contre, je ne lui ai pas acheté de landau / poussette, je l'ai porté... donc écharpe neuve.
Maintenant, je leur achète équitablement du neuf à tous les deux, même si le ptit porte des vêtements intacts de son frère.


- Un fait marquant depuis la naissance de tes enfants à nous raconter ? Qu'il soit heureux ou un peu moins...

Euh... ? Des faits marquants, il y en a tous les jours ou presque. Un incident, une phrase drôle, une blessure de guerre, des émotions, des angoisses, un apprentissage, une victoire... leurs trois naissances...

- As-tu déjà nerveusement craqué depuis que tu es maman ?

Oui. Et celle qui répond "non" est soit une grosse menteuse, soit elle vient d'une autre planète.

- Voulais-tu plusieurs enfants avant d'en avoir ? Ton avis a-t-il changé depuis ?

Ahahaha ! Je n'en voulais pas ! Aucun ! Zéro ! Nada !
Le Ptit Con a été conçu sans qu'on s'y attende. Je prenais la pilule et savais très bien que je ne ferais pas ma vie avec son père... la pilule, et cette arnaque du 1% ! ^^
Les deux Minis Bad Boys étaient quant à eux des évidences.


Voilà... j'ai fini cet interview. Je suis restée moi, tout en restant anonyme. A mon tour de taguer... mais je ne sais pas qui passe par ici, à part Emma et Miss Zen... à toi donc, Miss Zen, je te passe le flambeau. ;)

vendredi 15 septembre 2017

Vite, aux nouvelles...

Bad Mini Boy est désembroché. :)

Le 25 août, nous avions rendez-vous pour une radiographie décisive : soit on enlevait les broches, soit on remettait un plâtre.

Radio positive, on l'a donc réopéré vers 14h pour enlever les broches, et à 17h, nous étions à la maison ! \0/

Le dernier rendez-vous radio & orthopédiste sera le 22, mais je ne me tracasse pas, Bad Mini Boy a repris l'école normalement, il réécrit et redessine de la main droite, et tout ça n'est plus qu'un mauvais souvenir. Il a repris les cours de natation sans problème.

Le 3 septembre, il fêtait ses 5 ans avec ses meilleurs copains, ceux qui l'accompagnent depuis la classe d'accueil.

La rentrée des classes s'est super bien passée... l'un a joué au héros avec son coude légèrement bandé, et l'autre joue au ptit génie de presque 7 ans... d'ailleurs on doit le considérer comme un adulte, 7 ans, c'est l'âge de raison, c'est Madame qui l'a dit. ^^

Ma rentrée aussi, s'est bien passée. Le nouveau job me convient bien, et j'ai l'air de convenir au nouveau job... tout va donc pour le mieux.

J'ai passé le cap de mon anniversaire avec les gens que j'aime (moins un, mais match à remettre dans deux ans, pour le chiffre rond), ça faisait 8 ans que je n'avais pas fêté ça dignement.

Huit ans. C'était également notre anniversaire, à mon Bad Boy et moi. Tout roule... on repart pour huit de plus ! ^^

L'automne est enfin là... mais un peu trop pluvieux à mon goût.
Qu'à cela ne tienne, ça sera raclette(s) ! ^^
Bon, on s'était promis une journée de septembre à la mer, mais pour le moment, on n'a pas trouvé une seule journée libre pour le faire... à suivre.

Le temps... il manque, pour le moment. Et quand j'en ai un peu, je suis trop naze pour en profiter, assommée par un état grippal, déjà...

J'ai des semaines de lectures bloguesques en retard... il me faudrait faire des listes de choses prioritaires, tiens... naaaaaaaan, j'déconne, Miss Z, je n'en suis pas encore là ! ;)

Bon week end, les gens, je m'en vais bosser, moi. ;)



vendredi 28 juillet 2017

Embrochés...

Jeudi, vers 14h, au boulot, je reçois un sms d'une de mes sœurs...

"Le ptit Con est tombé en skate, on l'a opéré à 7h30, deux broches dans le poignet, haut de cuisse brûlé, t'inquiète, tout va".

Bon, je sais pas vous, mais moi, quand on me dit "t'inquiète", faut que j'appelle !
Ok, tout va, il a 22 ans (et il fait toujours du skate, oui -_- ), il gère. D'ailleurs, le soir même, il allait faire un tour avec les copains.

Cet aprèm, vers 15h, au boulot, je reçois un appel sur le téléphone fixe...

" Oui Madame la Maman de Bad Mini Boy ? C'est la directrice de la plaine... votre fils vient de partir aux urgences en ambulance, pourriez-vous nous rejoindre à l'Espérance ?"

Tremblements.

Je suis partie comme un zombie.

Je passerai les détails... ma mini Crevette a couru, est tombé dans la cour, et s'est fracturé le coude (oui, merde, le coude !) à deux endroits...  double fracture de la palette humérale, qu'ils disent... opéré en urgence à 18h, on lui a mis... deux broches !

Non, mais c'est pas vrai ! Deux opérations quasi identiques sur deux de mes fils en deux jours d'intervalle (et à 80km de distance) ! On voudrait le faire exprès qu'on n'y arriverait pas !

J'ai failli emballer Bad Baby dans du coton, pour qu'il ne lui arrive rien !

Maintenant j'attends... mon Bad Boy passe la nuit là-bas, Bad Baby est parti chez Parrain, et moi, je bosse demain, pas possible de m'absenter.
Cette nuit sans tous mes Bad va être la plus longue de ma vie...

samedi 8 juillet 2017

Mitigée...

J'ai un boulot que j'aime depuis octobre 2016.

Avec un statut d'intérimaire.

Le souci, c'est qu'en période creuse, on ne fait pas beaucoup appel à moi... je perds donc le beurre à mettre dans les épinards, et avec deux Bad Gnomes qui grandissent et qui ont d'autres besoins, et parfois d'autres envies, une stabilité financière serait la bienvenue.

Alors au mois de juin, la mort dans l'âme, j'ai postulé ailleurs.

Et on m'a répondu.
Positivement.
(c'est bien la preuve que quand on se sort les doigts du cul, on en trouve, du boulot).

Ma première journée d'essai aura lieu ce lundi. Avec contrat à la clef, et mise sur les rails dès jeudi si tout va bien.

Je suis super contente.

Mais je suis aussi super triste de quitter mon job actuel et une équipe de folles avec qui je m'entends vraiment bien.

Mes pensées alors s'égarent et s'autorisent à espérer le fiasco, lundi.

A suivre donc...

Que feriez-vous ? Continuer à attendre qu'on m'appelle épisodiquement ou prendre le taureau par les cornes, lâcher les incertitudes et se fixer, enfin ?


mardi 4 juillet 2017

Spams...

Depuis quelques semaines, j'ai des trolls.

Des trolls, c'est un peu comme les poux, ou comme les tiques... ça s'accroche, et on a du mal à s'en débarrasser.

Mes trolls à moi écrivent en anglais, en espagnol ou en russe, et ils commentent mes billets inlassablement, à croire qu'ils n'ont que ça à foutre de leur vie.

Toujours est-il que j'ai dû changer les paramètres des commentaires... à défaut de pouvoir poser un filtre.

Dans un premier temps, ceux qui ont un compte Google pourront poster un avis, ou une bafouille.

Si les trolls persistent et signent, je vous demanderai de vous inscrire au blog, mes fidèles.

En cas de force majeure, s'ils s'entêtent, je fermerai l'accès aux commentaires, le temps que ça se calme...

Sur ce, je reviens plus tard, et je vous souhaite de merveilleuses vacances. Faites attention à vous, les gens.

jeudi 22 juin 2017

Les demeurés, acte je sais-plus-combien.




Et tout ça le soir de Grey's Anatomy ! Putain, y'a des gens qui bossent, le lendemain !!!

mardi 30 mai 2017

Mais ça, c'était avant...

Dans tout le tas de conneries qui défilent quotidiennement sur Facebook, y'en a forcément qui lassent, d'autres qui font bondir (surtout pour leurs fautes d'orthographe), d'autres qui font sourire, parfois...

Et puis y'a celles qui nous font penser que le monde est devenu complètement dingue... et je ne parle pas des actes de ces salopards de lâches bien-connus-des-renseignements-mais-qu'on-laisse-libres-de-tuer-quand-ils-le-souhaitent-au-lieu-de-leur-mettre-une-balle-dans-la-tête-avant-qu'ils-n'agissent.

"Selon plusieurs spécialistes, tous les enfants qui sont nés dans les années 50, 60 , 70 et même début 80, ne devraient pas avoir survécu.
Nos lits étaient multicolores avec des peintures contenant du plomb ou d’autres produits toxiques.
Il n’y avait pas de sécurité enfant sur les armoires et les bouteilles de médicaments.
Nous pouvions faire du vélo sans casque.
Nous buvions de l’eau à même le tuyau d’arrosage, pas d’une bouteille stérile.
Nous mangions des petits gâteaux, du pain et du beurre, sans allergie aucune.
Nous buvions des sodas qui contenaient beaucoup de sucre.
Mais nous n’étions pas en surpoids parce que nous étions toujours en train de jouer à l’extérieur.
Nous quittions la maison le matin et nous passions la journée dehors, tant que nous étions rentrés lorsque les lumières des lampadaires s’allumaient.
Personne ne pouvait nous joindre, et ce, toute la journée. Des smartphones? Nous n’avions même pas de cellulaire!
Pas de Playstation, pas de Xbox, pas de centaines de chaînes sur la télévision, pas de tablette.
Notre Facebook, c’était vraiment un visage et un livre.
Nous avions des amis. Il fallait aller dehors pour les retrouver.
Nous jouions au ballon et il arrivait parfois que le ballon nous fasse mal ! ^^
Nous sommes tombés d’un arbre, nous avons été coupés, nous nous sommes cassé des os et des dents et il n’y avait aucune poursuite pour ces incidents. Personne n’était responsable à part nous. Vous vous souvenez des accidents?
Nous avions des bagarres, nous nous donnions des coups de poings, nous avions un oeil au beurre noir et nous avons appris à surmonter tout cela.
Nous inventions des jeux avec des bâtons et des balles.
Nous pouvions sortir à pied ou en vélo pour aller chez un copain, même s’il habitait à plusieurs kilomètres, frapper à sa porte ou simplement rentrer chez lui pour l’inviter à jouer avec nous.
Nous avions des épreuves de sélection et ce n’est pas tout le monde qui faisait partie de l’équipe. Ceux qui n’étaient pas choisis devaient apprendre à gérer leur déception sans porter plainte pour discrimination.
Certains étudiants étaient moins bons, ne réussissaient pas un examen et devaient refaire la même année scolaire. Les tests n’étaient pas adaptés à qui que ce soit, peu importe la raison.
Nous étions responsables de nos actions. Nous savions qu’il y aurait des conséquences. Des parents qui nous sortent du trouble quand nous avions fait quelque chose de mal à l’école ou aux yeux de la loi? C’était du jamais vu! Ils étaient toujours du côté de l’école ou de la loi! Imaginez ça!
Nous sommes devenus des adultes capables de prendre des risques, des inventeurs, des entrepreneurs.

Nous avions la liberté, l’échec, le succès et la responsabilité. Nous avons appris à gérer tout cela!"

Les gosses d'aujourd'hui sont-ils si différents de ce que nous avons été ?

mardi 9 mai 2017

Lettre à France... et accessoirement à Brigitte.

Non, je ne ferai pas mon Michel Polnareff... car ce que j'ai à lui dire, à la France, ce n'est pas un message d'amour plein de regrets ou de remords.

La France... le plus beau pays du monde, le plus ouvert, le plus vivant, le plus... tout, en fait. C'est ce qu'on dit, en tout cas.
La France, pays des Droits de l'Homme, pays des plus grandes libertés fondamentales.
La France... des Lumières, des Esprits, des grands créateurs, des grands penseurs...

La France,  elle a de la merde plein la gueule.

Oups.

Mais c'est vrai.

La France, elle descend dans la rue pour casser du pédé. La France, elle gueule quand un couple du même sexe s'aime et veut se marier ou adopter. La France, elle est Charlie un jour, mais elle te démonte en 5 minutes tout qui ne pense pas comme elle. La France, elle critique, elle montre du doigt, elle aboie, elle régresse. La France, elle décide de ce que tu peux faire ou non de TON corps. La France, elle rejette la différence. Elle rejette toutes les différences. La France, elle s'attaque au physique, à l'âge, à la couleur, à la famille, à la beauté, à l'amour.
La France, elle est -phobe. Elle est même très souvent miso-.

La France, elle est laide et elle pue de l'intérieur.

Voilà, j'l'ai dit. Et j'irai même jusqu'à dire que je suis fière de ne pas être Française.

Madame Macron, bien que je n'aurais certainement pas voté pour votre époux (d'ailleurs, je n'aurais certainement pas voté du tout), je vous souhaite énormément de courage pour les cinq années à venir.
Parce que pour être la première dame d'un tel pays ayant une telle mentalité, il va vous en falloir.
Et j'admire votre force, parce que moi, après seulement trois jours, je vous avoue que j'aurais fui tous ces connards. En Belgique, tiens, pourquoi pas ?!

Quand je lis ce que je lis, quand je vois ce que je vois, quand j'entends ce que j'entends, j'ai honte pour la France.

Je suis hallucinée par toutes les méchancetés qui déferlent sur le net (et ailleurs) actuellement. Je suis hallucinée par tant de haine, de connerie, de mauvaise foi, de... saletés.

La France est sale.

Oserais-je rêver d'une France plus belle ? Car à leur majorité, mes Bad Gnomes auront le droit de choisir entre les deux nationalités...


(NB : je ne mets pas tout les Français dans le même sac, bien entendu... mais vu de l'extérieur, la France, c'est surtout ça... )

vendredi 28 avril 2017

Désactivation...

Je me suis déconnectée de Facebook.

Moi !

Alors que j'y passe plus de temps que je n'en passe dans mon lit.

Mais là, je frôlais l'overdose de "politique française", de commentaires haineux, de grandes idéologies, de vraies vérités, de "si-on-avait-su", de grandes gueules, de "plus jamais ça jusqu'aux prochaines", de critiques, de conneries en tout genre pour un truc qui ne me concerne pas et venant de gens que ça ne concerne pas la plupart du temps (et oui, ce sont les Belges les plus prolixes) !

Je n'en pouvais plus de lire des gauchos je-t'impose-ma-liberté-de-penser et des fachos phobes-de-tout.
Parce qu'en France, y'a pas de demi-teinte. Ce sont des pourris blancs ou des pourris noirs, mais des pourris gris, y'a pas... Et pour les imbéciles qui me lisent (s'il y en a), je ne parle pas de couleur de peau !!! (oui, sur le net, vaut mieux préciser de quoi on parle).

Six mois qu'on nous gave d'un premier tour, d'un second tour, d'un troisième, parce que c'est comme les mi-temps dans un match de foot, c'est la troisième la plus longue...

MERDE !!!!

QU'ON ME FOUTE LA PAIX AVEC CE CINOCHE DE TARÉS !!!!

Bon, évidemment que j'ai paramétré mon compte de façon à en voir moins. J'ai cessé de suivre certains de mes amis, j'ai bloqué des fils d'actualité... en vain. Parce que Facebook ne nous permet pas de choisir ce que l'on veut voir vraiment, et qu'après quelques heures, ça repart comme en '40 !
Et c'est le cas de le dire. Comme en '40 ! Je n'ai jamais autant lu d'actualités ( positives ou négatives, y'en a pour tous les (dé)goûts) concernant le vieil Adolphe ! Beuuuuuuuuuuuuurk.

Virer les amis fautifs ? Ben non. J'ai pas envie de virer des gens que j'aime bien sous prétexte que tous les cinq ans et ce pendant quelques semaines, ils sont... mortellement chiants.

Alors je me suis retirée de la vie trépidante de Facebook.

En espérant vraiment qu'une fois ces putains d'élections terminées, les cœurs écœurants, les commentaires mielleux et les horribles chats-mignons reprendront leur place dans le fil d'actualité...

J'ai choisi de ne plus intercaler les photos de mes fils entre deux candidats qui me débectent aussi bien l'un que l'autre. Entre deux caricatures (oui, les caricaturistes que j'adore font chier aussi) foireuses aux comparaisons nauséeuses... Ils méritent mieux que ça, mes Bad Gnomes.

T'façon, la politique, c'est comme la religion, ça DOIT se faire en privé, sans faire chier l'autre.



mercredi 19 avril 2017

Villégiature et Pèlerinage Bruxellois...

Deux semaines, c'est très long, pour tout qui n'est pas prof et habitué à autant de temps libre plusieurs fois par an.

Deux semaines, c'est très long, quand on a deux gnomes qui n'ont que 22 mois d'écart, plein d'énergie, et deux caractères assez... euh... forts.

Deux semaines, c'est très long, c'est excessivement long, c'est troooooooooop long quand tu n'es pas prof, que tu as deux rejetons surexcités et que le temps est affreusement merdique !!!

Bref, ce mardi, jour de la ixième rentrée scolaire, fut l'un des plus beaux jours de ma vie de mère exaspérée par les cris, les bagarres et les disputes.

Mais bon, pas que. Sinon, je les revendrais. Au poids. Enfin... surtout un ! ^^

Jeudi, par exemple, nous avons tous passé une excellente journée, mais séparés !

Mon Bad Boy a embarqué, avec le remuant Bad Mini Boy, dans un train en direction de Huy, puis Mont Mosan, où ils se sont éclatés (enfin, surtout le Bad Gnome, hein) dans un parc-animalier-plaine de jeux, et moi, je suis allée à la Capitale avec Bad Baby... et nous nous sommes éclatés à jouer au touriste Japonnais devant Manneken Pis, Janneken Pis et autres spécialités bien belges...

Le Ptit Garçon...

La Ptite Fille...
La Jeunesse de Bad Vanette...

jeudi 6 avril 2017

Vacances de Pâques...

Vacances de Pâques... (qu'on ne vienne pas me faire chier avec l'appellation "de printemps" )

Deux semaines !

Et les stages sont tous complets !

Bon... pour les deux premiers jours de la première semaine, il a fallu faire appel à l'équipe.

Nous avons donc conduit les Bad Gnomes dans le fin fond de Mon Ardenne Natale dimanche, au milieu des vaches, des champs et des corneilles, chez leur Parrain.
Et je suis allée les rechercher mercredi...

Quand je vois la couleur verte du vieux jean troué que j'ai lavé pourtant à 60°, je me dis qu'ils se sont amusés, et que ce qu'ils m'ont raconté, enthousiastes, c'était pas du pipeau ! ^^

Nous, on a profité un peu. Dimanche soir, ma ptite brasserie préférée, lundi soir, un Grec, mardi matin une mini grasse mat avant d'aller bosser et mardi soir, une toilette tardive en musique sans risquer de les réveiller... ça paraît peu, mais ça m'a fait du bien. Car ça faisait trop longtemps que....

Congé ce jeudi et vendredi... et mon Bad Boy sera là toute la seconde semaine lui aussi, on pourra bouger, prendre le train, aller dire bonjour au Ptit Bonhomme qui fait pipi, à la Capitale... et quoi d'autre ?

Reste plus qu'à prier le Soleil... pour l'instant, il est là, il tient bon, mais il fait frisquet...

jeudi 30 mars 2017

Humeur printanière...

C'est le printemps.

Presque pour de vrai. Le ciel est bleu, et j'ai tombé la veste trop chaude pour le long gilet.

Mais je garde encore l'écharpe, hein !

C'est le printemps, les Bad Gnomes rentrent répugnants de l'école, où on les laisse s'amuser dans les coins les plus crades du site scolaire, sans manteau, sans écharpe, et surtout sans penser que c'est Maman qui se coltinera de toute façon les rhumes, aérosols et autres inconvénients d'une telle négligence !

C'est le printemps, c'est un peu calme au magasin, du coup je fais moins d'heures. Autant en profiter pour ranger un peu.

C'est le printemps, et son lot de congés scolaires... Il y a les cloches, et Parrain. ;)

C'est le printemps, le sakura blanc est en fleurs... pas pour longtemps, ça ne dure jamais, mais cette année, j'ai pensé à immortaliser sa beauté, en rentrant du boulot, juste avant la tombée de la nuit...


jeudi 23 mars 2017

Vieille Femme...

- " Un fils de 22 ans ??? Mais quel âge avez-vous donc ?"

C'est en général la réaction des gens (principalement mes clientes) quand j'annonce que j'ai trois fils, âgés de presque 22 ans, 6 ans et 4 ans. :)

Mais oui ma brave dame. Je les ai ! Je ne les fais pas, mais je les ai ! ^^

Ceci dit, pour le moment, je réponds ceci : mentalement, j'ai 20 ans, mais physiquement, j'en ai 77 !

Ma grippe m'a tuée.

Déjà avant la grippe, j'avais mal un peu partout, par période... un nerf coincé, la jambe qui a vraiment du mal à suivre... mais là ! Là ! Purée, plus rien ne suit ! Les pieds, les jambes, le dos... je suis une vieille femme ! ^^

Je rêve de 5 jours de repos total, sans ménage, sans Gnomes, sans boulot, sans contraintes.

Mais bon, ce n'est qu'un rêve, hein...

Sinon, à part ça ? Mais tout va très bien, Madame la Marquise.

A part cette racaille qui me rend réellement haineuse, qu'elle agisse à Paris, à Bruxelles, à Berlin, à Nice, à Londres ou ailleurs... j'ai la haine, et les discours mielleux m'insupportent totalement....

vendredi 3 février 2017

Grippe, bugs et agonies...

Aujourd'hui, j'ai le temps de bafouiller ici.

Je suis malade.

Au bord de l'agonie.

J'ai chopé une grippe crapuleuse. Presqu'aviaire ! Si si !

C'est bien simple, c'est la première fois de toute ma vie professionnelle que je ne vais pas travailler pour raison médicale (autre qu'une grossesse, cela va sans dire). C'est dire !

Mais est-ce la grippe, ou un virus informatique transmissible à l'Homme ?

Parce que voilà ce qu'il s'est passé, pendant tout ce temps...

Le 04 janvier, j'ai reçu le nouvel ordinateur que j'avais commandé.

Ooh, ce n'était vraiment pas du luxe d'en changer. L'autre, celui de mon Bad Boy, avait au moins 8 ans et demi, mettait 36 minutes pour s'allumer, et menaçait régulièrement de décoller tant son bruit ressemblait à celui d'un hélicoptère de guerre !
Et comme les Impôts avaient été plutôt cléments avec moi cette année, ben j'ai décidé d'acheter un nouveau.

Le 04 janvier donc, j'installe la bête. Tout beau, tout neuf, tout brillant, une nouvelle interface, un nouveau système d'exploitation, de nouvelles habitudes à prendre, et un de ces ronronnements silencieux ! Mais silencieux ! Un bonheur.

Après avoir configuré le tout, je me suis étonnée de la lenteur du bazar. Limite le vieil ordi était plus rapide !
J'ai fouillé les forums, j'ai posé des questions pour booster la bête... bof bof.

Et puis le 21 janvier, tout s'est bloqué. Le soir, quand j'ai voulu l'éteindre, je me suis aperçue que je ne pouvais pas accéder au menu démarrer. Pire, je n'avais plus accès à rien ! Ni à mes fichiers perso, ni aux paramètres de l'ordi, ni à mes dossiers (favoris ou images), à RIEN.

Bug récurrent de Windows 10, que j'ai lu un peu partout.

Le papa du meilleur pote de Bad Baby est un programmeur de renom, j'ai donc fait appel à lui... RIEN. Mon ordi a rejeté toute tentative de réparation.

Le 24, j'ai ramené cette merde au vendeur et à son service après vente.

Depuis, j'attends des nouvelles et j'ai rebranché la vieille bécane, qui met toujours autant de temps à démarrer, qui fait toujours autant de bruit, mais qui fonctionne !

A part ça, tout va très bien, Madame la Marquise.

J'espère être au top rapidement, parce que c'est dur, conduire les Gnomes à l'école, aller les rechercher, et faire les courses avec 39,5°, le nez bouché, la poitrine qui siffle, les jambes qui flanchent, et peu de temps au final pour me reposer comme je devrais le faire.

Ah ! J'oubliais ! Y'a eu la guerre dans mon quartier, y'a deux jours... hélicoptère, policiers en arme patrouillant dans les rues, voitures et combis dans tous les coins... un cambriolage dans une banque. A 8h30 ! Les gens sont fous, si tôt le matin ! ^^



dimanche 1 janvier 2017

Mise au Point...

Ouf.

2016 et son lot de merdes s'en est enfin allée.

Si personnellement je n'ai pas été frappée par l'une ou l'autre catastrophe, si pour nous tout s'est merveilleusement bien passé, je reste affligée par tout ce que j'ai pu voir, lire ou entendre autour de moi et ailleurs.

Ceci dit, je ne commencerai pas cette nouvelle année sans un petit coup de gueule. ^^

Hier, je travaillais. Jusque 18h. Le temps de fermer boutique, de prendre un premier bus puis un second, je ne suis pas rentrée avant 18h35. Soit. Nous n'avions rien prévu de spécial, et pour cause.

A 17h58, ma collègue et moi raccompagnions notre dernière cliente à la porte, lui souhaitant de passer un bon réveillon, avant de baisser le rideau de fer, quand une dame se précipita dans la boutique.

- " ah désolée madame, mais nous fermons... "
- "oui, mais il me faut ABSOLUMENT quelque chose..."
- " je vous invite à revenir lundi, nous vous accueillerons avec un grand plaisir..."
- " MAIS JE SUIS EXTRÊMEMENT PRESSÉE ET IL ME FAUT AB-SO-LU-MENT CE TRUC !!!! "

Ben oui ma cocotte, mais la boutique est la première à ouvrir ses portes, dans la galerie, dès 9h30 (au lieu de 10h, pour les autres), nous accueillons les clients avec le sourire (+ un service personnalisé par client), alors si tu me permets, tu as eu largement le temps de venir chercher ton truc pressé, d'autant que nous ne fermons pas sur le temps de midi !

Putain !

On se tape déjà toute la journée jusque 18h sans  avoir le temps de préparer quoique ce soit pour réveillonner dignement en famille ou entre amis, et  cette chieuse vient faire son scandale parce que pour une fois sur l'année, nous désirons fermer nos portes à l'heure pile, alors que tous les jours de la semaine, on se casse encore le cul à rester parfois plus de 40 minutes après l'heure (qui est de 19h en semaine et 20h le vendredi) pour servir (toujours avec le sourire et bénévolement, en plus) les derniers retardataires !!!

Alors je voudrais passer un message, à tous ces gens qui sont en général en congé durant les fêtes, ou qui sortent de leurs bureaux à 14h au lieu de 16h afin de se préparer à la fête à l'aise, à ces pensionnés qui n'ont finalement que ça à foutre, à ces profs qui se tapent 5 mois de congés / an mais qui sont offusqués que nous n'ouvrions pas le 25 décembre quand il tombe un lundi...

NOUS AUSSI, ON A UNE VIE, BORDEL !

Alors même si nous avons délibérément choisi cette voie, qui nous fait quand même bosser les week end, dimanches compris pour certains d'entre nous,  foutez-nous la paix à l'heure de la fermeture de nos magasins !!!
Parce que dès que nous fermons nos portes, nous n'avons pas encore terminé, parce qu'il faut faire les caisses, compter, ranger, préparer pour les suivantes qui seront là une heure avant l'ouverture des portes le lendemain... parce que même si nous adorons ce que nous faisons, nous avons également une vie privée à côté de la boutique, et que notre famille et notre réveillon sont aussi importants que les vôtres !

Non mais vraiment, je suis de plus en plus hallucinée par le manque de respect et le sans-gêne des gens.

Sinon...

Je vous souhaite à toutes (et tous) une merveilleuse année, que 2017 vous soit douce et vous apporte ce que vous désirez, santé, joie et bonheur. ;)