mercredi 29 juillet 2015

L'Orthographe, ça fait Genre...

En Belgique, "le mineur est soumis à l’obligation scolaire pendant une période de douze années commençant à l’année scolaire qui prend cours dans l’année où il atteint l’âge de six ans et se terminant à la fin de l’année scolaire, dans l’année au cours de laquelle il atteint l’âge de dix-huit ans."

(source : Le portail de l'enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles)

Douze ans d'obligation scolaire.

12 ans !

Deux fois 6 ans !

Et après 12 longues années, il y en a qui arrivent encore à écrire "sa va ?", " ses combien?" , "sait combien ?", j'en passe et des meilleures...

Mais qu'ont-ils fait sur les bancs de l'école pendant DOUZE ANS, bon sang ?????

Tous les jours, je suis hallucinée et désespérée de voir les mots de la langue française à ce point écorchés !
Tous les jours, je suis hallucinée et désespérée de voir de simples règles grammaticales ainsi baffouées !
Tous les jours, je suis hallucinée et désespérée  de voir l'illettrisme ambiant sur les fora, les divers groupes facebookiens, ou encore chez certains journalistes !

Parce qu'il ne faut pas se leurrer, on parle bien d'illettrisme, là.
Non, ce n'est pas du langage sms, non ce ne sont pas des mots abrégés pour aller plus vite, et non, ça n'a rien à voir avec "la classe sociale" (je connais des gens dits "cultivés" qui ont fait "des études" qui ne savent pas aligner 10 mots sans faire 10 fautes).


Et quand on a le malheur de faire une correction, on est accusé aussi sec par la majorité de vouloir "faire genre" !

Euh... ?

Alors quid ?

Comment est-on arrivé à ce que le mal-parler et le mal-écrire ne soient pas combattus de la même façon que le mal-manger ?
Doit-on laisser nos jeunes s'embourber dans la connerie ?
Que s'est-il passé à l'École à partir des années '90 ? (je pense que jusque là, on s'en sortait encore bien...)
Est-ce qu'en entrant dans l'ère de l'informatique, on est entré également dans l'ère de l'imbécillité ( nouvelle orthographe datant de 1990 : imbécilité, est-ce un signe ?) ?
Ne doit-on plus réagir aux fautes produites par certains enseignants eux-mêmes ou doit-on au contraire lutter et lutter encore ?

L'anecdote suivante vient d'un groupe de vente sur FB :

- " Je echange un acer et un nokia ont me propose quoi"
- " Un Larousse ?"
- "sait koi, ta une tof ?"

(pour info, la personne a 26 ans)

Non, Larousse n'est pas une marque de téléphonie mobile... mais Pierre Larousse doit avoir un sommeil très agité, le pauvre homme.

lundi 27 juillet 2015

Quand "vacances" rime avec "pénitence"...

Là où on peut admirer les institutrices maternelles, c'est qu'elle trouvent toujours les idées pour occuper nos gnomes quand le temps est complètement pourri.

L'expérience ? Oui, sans doute, mais pas que.

Avec trois enfants, j'estime en avoir un peu aussi, mais les idées manquent, quand on a fini de faire des courses de voitures, des parcours pour dinosaures survivants, des bonhommes au feutre / crayon / pastel, des collages en tous genres et autres jeux d'intérieur.

On a même bravé la météo pour aller faire un tour sur la Meuse, en partant sous le soleil et en revenant sous une pluie battante.

Et ce fichu calendrier qui prend son temps pour tourner les pages...

Un mois de vacances est passé... et nous nous sommes vus contraints de rester enfermés pour cause de canicule, et ensuite pour cause d'intempéries et tempêtes de vent ! Super, non ?

Alors les gnomes, ils n'en n'ont plus rien à battre des courses de voitures, des parcours pour dinosaures survivants, des bonhommes au feutre / crayon / pastel et des collages en tous genres !
Ce qu'ils veulent, eux, c'est bouger, courir, se fatiguer, tomber, s'écorcher les genoux, prendre l'air !

Mais de l'air, ou bien on en manque, ou bien y'en a trop, dans ce fichu pays !

Allez, courage, plus qu'un mois à tirer avant de les refiler aux mains expertes des instits !

En septembre, je serai en vacances ! ^^

A bord du bateau-mouche

vendredi 17 juillet 2015

L'État d'Esprit du Vendredi... #13

Vendredi 16h49

- Fatigue : grosse fatigue
- Humeur : maussade / énervée
- Estomac : j'ai mangé, oui, et je remangerai !
- Condition Physique : sans condition
- Esprit : agacé
- Boulot : j'ai discuté avec la Boss... oui, je suis faible...
- Reste : quelques trucs, mais je me suis débarrassée des vieilleries du Ptit Con !
- Penser à : la compote de pommes !
- Avis Perso : ras-le-bol de ces connards et de leurs travaux qui, étrangement, ne sont bruyants que lors des siestes des Gnomes...
- Msg Perso : je suis revenue avec l'eau en taxi...
- Loulous : pas reposés à cause des travaux chez les voisins, donc insupportables, comme la chaleur.
- Amitié : dans le trou du cul du monde
- Love : termine le boulot dans 6 minutes, sera là dans 45 minutes.
- Sorties : bof...
- Divers : j'ai des nouvelles lunettes de soleil adaptées à ma vue, chui trop canon ! ^^
- Courses : quand mon Bad Boy sera rentré, envie d'y aller seule...
- Envie de : d'air !
- Zik : Bad Baby chante les Schtroumpfs en dessinant, c'est agaçant.


lundi 6 juillet 2015

Le Changement, c'est Maintenant...

Ouf !
Quel week end, mes amis, quel week end !

Vendredi à 6h50, le taxi était à l'heure pour nous emmener à l'hôpital, Bad Baby et moi... en route pour, on l'espère, une nouvelle ère sans rhume, sans angines, sans mouchoirs !

Il est entré au bloc vers 10h30 / 11h... et on est venu me chercher pour la salle de réveil une heure plus tard environ... je ne sais plus, en fait, j'avais perdu toute notion du temps.

Quand je l'ai vu pleurant et hurlant, tentant d'arracher son cathéter, ça m'a fait un choc, je n'avais pas imaginé un réveil aussi brutal après une anesthésie... c'est moi qu'il a fallu coucher sur un lit, j'ai fait un malaise ! ^^

Trois gouttes de morphine plus tard, mon pauvre petit bonhomme était calmé, on est retourné en chambre, il a pu boire quelques gorgées de grenadine (il fallait voir le regard énamouré qu'il a lancé à l'infirmière quand elle lui a proposé cette fameuse grenadine ! Elle s'est fait un ami pour la vie, ce jour-là !), et il s'est enfin endormi...

Il est rentré à la maison début de soirée, et depuis, même s'il est un peu plus ronchon que d'habitude, il ne se plaint pas d'avoir mal, sa gorge est belle, pas enflée du tout, et il boit bien et recommence à manger tout doucement des aliments un peu plus solides qu'une glace ou une Danette.
Tous les jours depuis vendredi soir, il y a une amélioration bien visible.
Tout est apparemment bien qui finit bien !
Il a juste cette drôle de voix... on dirait qu'il se shoote à l'hélium ! :))

Bad Mini Boy, quant à lui, en a profité pour évoluer à une vitesse dingue et devenir un grand garçon.
Il a subitement décidé que les bibis (il prenait encore un le matin, un le soir), c'est définitivement fini !
Dans la foulée, il a décidé de ne plus mettre de langes !
Bizarrement, il s'est mis à (enfin !) mâcher ses repas, et à manger tout seul à table !
Et lancé comme une fusée, il a fait ses premiers cacas dans le pot !

Et enfin, il a stoppé net ses innombrables colères, saluant d'un grand sourire ce statut de terrible two qui empoisonnait la Vie de tout le monde !
Bon, parfois, il fait une légère rechute, mais sans gravité, il se calme tout de suite !

Ce matin, nous avons (petit-) déjeuné tous les trois à table, dans la salle à manger, pour la première fois !
Plus de bibi dans le canapé, plus de café à part, plus de gaufre tout seul à table.
Tous les trois à table, en papotant gaiment.
Bad Mini Boy a mangé tout seul sans que je lui coupe des minis bouts de peur qu'il ne s'étrangle, Bad Baby a mangé une demi-tartine sans se plaindre, et moi je n'ai pas fait de migraine à m'énerver à courir de l'un à l'autre !

Juillet aura tourné une page pénible et ouvert un chapitre qui m'a l'air bien plus agréable !

samedi 4 juillet 2015

Canicule de merde...

J'exècre ce soleil, je ne peux plus le voir en peinture.

J'exècre cette chaleur, qui nous laisse moites et lymphatiques.

Je déteste ce temps lourd, irrespirable, chaud, désagréable.

Depuis qu'ils sont en congé, les Bad Gnomes sont enfermés à la maison, et plus précisément dans le garage, qui est la pièce la plus fraîche. Ils boivent des litres d'eau sans être pour autant désaltérés, et se lèvent, tout comme moi d'ailleurs, à 6h du matin, fatigués par une mauvaise nuit étouffante.

J'exècre ce temps, ce soleil de merde, cette chaleur, cette moiteur.

J'exècre l'été si c'est pour rester confinés à la maison.

Et j'exècre ces gens qui, dès 18h, nous imposent leurs barbecues odorants et leurs grillades nauséabondes alors qu'on ne rêve que de tomates et de pastèques fraîches !