mercredi 3 décembre 2014

Du Haut de Mon Perchoir...

L'avantage, quand on habite une maison dite bel-étage, c'est que, lorsque quelqu'un sonne à la porte, on n'est pas obligé de descendre ouvrir après avoir vérifié du premier étage qui est l'importun. Parce que ce sont toujours des importuns. Quand j'attends quelqu'un, c'est rarement à 10h du matin, et généralement, je suis prévenue. :)

Et je vous avoue que ça m'arrange très bien, et ce pour deux raisons :

La première est que lorsque le visiteur est une personne que je classe dans les "casses-couilles", je peux être très très très désagréable, voire agressive, voire grossière. Ça vaut donc mieux que le type (ou la nénette) ne m'ait pas en face de lui. :)

La seconde est que je suis devenue un rien parano vu tout ce qui traîne dans les rues, et que vraiment, je n'ai pas envie d'ouvrir la porte à un faux représentant de je-ne-sais-pas-quoi et me faire agresser, tout simplement. J'ai deux petits bouts à la maison, je ne prends pas le risque d'ouvrir à n'importe qui.

Ça donne parfois lieu à des dialogues assez cocasses, du haut de mon perchoir.

Scène 1.

- " Oui, c'est pour quoi ?"
- " Bonjour, pourriez-vous descendre de votre perchoir et m'ouvrir ?"
- " Bah c'est pour quoi ? Que je ne descende pas pour rien ! "
- " Je n'ai pas pour habitude de parler aux gens en penchant la tête en arrière !"
- " Ben venez-en au but directement, alors, qu'on en finisse, c'est pour quoi ? "
- " Non, décidément, je ne vous sens pas réceptive, tant pis, bonne journée."

Et je ne saurai jamais pourquoi il est venu ! ^^

Scène 2. (du deuxième étage, chambre des enfants)

- " Oui, c'est pour quoi ?"
- " Bonjour, nous venons pour (Vrouuuuuuuuum, voiture bruyante )... du quartier !"
- " Quoi ? Excusez-moi, je n'ai pas compris ! "
- " Nous venons pour ( vrouuuuuuuum, deuxième voiture bruyante) ... du comité de quartier (c'est ce que je comprends).
- " Ah, attendez, je descends !"
Deux étages plus bas, j'ouvre la porte, et paf, mon regard est attiré par un Jésus et une espèce de bible ! Bordel, je me suis fait avoir !
- " Vous n'êtes pas du comité de quartier, c'est ça ?"
- " Nous vous apportons la Bonne Nouvelle, et une réunion aura lieu..."
- " Vous me faites descendre deux étages en laissant mes petits seuls en haut en vous faisant passer pour le comité de quartier alors que vous venez simplement faire chier avec des bondieuseries qui n'intéressent personne parce que ceux que ça intéresse ils prient chez eux ou à l'église sans emmerder le monde toutes les 5 minutes ???! "
(Premier (d'une longue série) claquage de porte, nous venions d'aménager ici ! :p )

Scène 3.

- " Oui, c'est pour quoi ?"
- " Une bonne assurance obsèques..."
- " Désolée, je n'ai pas encore l'intention de mourir, on a encore besoin de moi, bonne journée."

Scène 4. (ce matin)

- " Oui, c'est pour quoi ?"
- " Bonjour, nous venons vous conseiller de comment accueillir Dieu chez vous."
- " S'il s'essuie les pieds avant d'entrer, il sera toujours bien accueilli, je compte sur vous pour le lui dire de ne pas flotter au-dessus du paillasson, bonne journée."

Par contre, je suis extrêmement souriante et conciliante avec mes amis, ainsi qu'avec les livreurs de disques, de pizzas, le facteur, et ceux qui apportent les colis venant de Bretagne ! :)

Je pense que Roméo aurait pris un fameux râteau, avec moi !



Aucun commentaire: