lundi 29 septembre 2014

Bonzaï !

Aaaaah. Ma cour aux murs verts de mousse et son petit arbre me donnent décidément du boulot !

Heureusement que nous n'avons pas des hectares de terrain, je ne m'en sortirais pas !

Bon. Mon petit arbre, tout nu et "débranché" quand nous sommes arrivés l'an passé, a bien poussé, depuis.
Les branches sont revenues en force, et ont grandi, grandi, grandi au point qu'elles empêchaient même le passage des voisins dans leur propre cour, au point qu'elles envahissaient le toit de mon annexe, au point que nous n'avions quasi plus de lumière, au point que je me suis offert un coupe-branches !

Et hier, je l'ai dégainé, mon magnifique coupe-branches qui est aussi grand que Bad Mini Boy !

Et j'ai coupé.

Coupé.

Coupé.

Mon arbre ressemble désormais à un bonzaï géant, et est prêt pour l'hiver.

Mais.

Je fais quoi des branches, moi, maintenant ?

Sans voiture, et sans ramassage de déchets verts avant plusieurs semaines, voire plusieurs mois ?



jeudi 25 septembre 2014

My little Genius..

Bad Baby, on le sait, est obsédé par les chiffres.

A presque 4 ans, il sait compter jusqu'à l'infini, comme Chuck Norris, mais trois fois !
Plus sérieusement, sans lui avoir appris, il a compris le truc des centaines tout seul, et compte au-delà de 100.
Il sait additionner et soustraire des petites quantités de NicNac (si j'en ai 5 et que j'en mange 2, il ne m'en reste plus que 3) sans support, il connait les dates anniversaires de tout le monde et le n° de téléphone de son Papa par coeur (ça, ça m'arrange bien, parce que moi je ne le connais pas), sait où il habite et connait presque tout le réseau TEC de la ville.
Impossible de le perdre, il sait quels bus le ramèneront chez nous.

Depuis peu, son petit côté monomaniaque du chiffre s'est étendu aux jours de la semaine... en anglais.

Pas besoin qu'il réfléchisse trois heures pour dire que thursday, c'est jeudi !
Parce que H&M a sorti une série de sept paires de chaussettes colorées, et que j'ai intérêt à suivre avec mes lessives, il est hors de question de porter les chaussettes FRIDAY un mercredi !

Si, socialement, il évolue encore lentement, intellectuellement, je risque de ne plus pouvoir le suivre bientôt, tant sa logique mathématique me dépasse presque ! ^^

Je l'appelle "mon petit génie".




lundi 22 septembre 2014

J'peux pas... il a piscine !

Voilà 22 jours que Bad Baby est rentré à l'école.

Bien sûr, il a chopé dès la première semaine tous les microbes de tout le monde... mais pour une fois, rien de grave qui ne l'ai conduit à l'hosto, et rien de grave au point de rester à la maison loin de ses copains qui n'ont pas de lunettes.

Mais, j'estimais quand même qu'il ne devait pas aller à la piscine.

Maintenant, est-ce que j'ai estimé cela à cause de son rhume ou de mes angoisses de récupérer un bébé à moitié noyé, je ne sais pas... toujours est-il que le lundi, c'est piscine, et que jusqu'à présent, j'avais dit non.

Cette semaine, aucune excuse... il tousse moins, le nez est propre, il a son nouveau premier maillot, son bonnet, un joli sac orange... je ne peux plus reculer.

Soit.

Ce matin, donc, Bad Baby est allé à la piscine avec sa classe et la psychomot.

Et je l'ai récupéré sain et sauf à midi, ravi de son expérience aquatique, "parc'que parc'que la piscine c'est super qu'on peut mettre de l'eau partout partout et qu'on peut même mouiller par terre et que Papa il crie pas comme au bain quand on mouille toute la salle de bain, et que même que mon visage il était mouillé et j'ai pas pleuré !"

Il s'est habillé tout tout seul et tout était à l'endroit (et surtout tous ses vêtements étaient au complet !) !

Et que le lundi, c'est chouette la piscine.

Voilà, je n'ai plus le droit d'être paniquée, mon petit garçon aime la piscine, sera champion du monde de natation et prix Nobel en math ou en physique.

lundi 15 septembre 2014

La Révolte des Machines...

On parle de loi des séries quand un électro pète, puis un autre, et encore un autre.

Moi j'appelle ça une semaine (ou une quinzaine) (ou un mois) de merde.

On est en plein dedans.

D'abord, le lave-linge.

Acheté en mai 2013, je fus super contente de cette machine merveilleuse. Elle peut contenir plus de linge que l'ancienne, elle a des programmes que j'aurais pas imaginé avoir un jour, elle est super étroite et peu encombrante, légère et facile à comprendre, et pour couronner le tout, je l'ai payé pas trop chère car en promo.
Un rêve.
Sauf que, malgré son jeune âge, elle a commencé à déconner en m'empêchant d'ouvrir le hublot une fois la lessive terminée... j'ai dû trouver un subterfuge pour récupérer mon linge.
Ensuite, elle est devenue froide... entendez par là que même à 90°, elle s'est mise à laver tout à froid... mon linge m'était rendu, mais pas très propre...
Après, elle s'est mise à faire pipi à chaque lessive... me forçant à éponger quotidienement (ou presque) ma buanderie (qui, du coup, n'a jamais été aussi propre).
Et pour finir, elle m'a mordue, ou piquée à coup de légères décharges électrique.

A un an et demi, quoi ! Sale gosse ! C'est pas faute de l'avoir bien entretenue et détartrée régulièrement, pourtant !

J'ai donc appelé le SAV, qui m'a envoyé un technicien (cet aprèm), qui m'a annoncé le sourire aux lèvres que le module était mort, que la machine était déprogrammée, et qu'elle n'en faisait qu'à sa tête.
La semaine prochaine, on me change tout ça ! Bon.

La Senséo, vieille de 13 mois, mourut également inopinément la semaine de mon anniversaire.
Sans doute l'eau trop calcaire a-t-elle eu raison de sa jeunesse ? Toujours est-il que j'ai dû en racheter une, parce qu'en promo très pas chère. Mais ça sera la dernière ! Parce qu'à raison d'une Senséo par an, je risque de devenir actionnaire majoritaire chez Phillips, et ça me gênerait de devoir changer de train de vie ! ^^
Plus sérieusement, il est à présent strictement interdit de la remplir avec autre chose que de l'eau minérale !
(nous ne buvons heureusement que 4 tasses par jours)

Et enfin, le décodeur tv, qui à à peine 4 mois, décide à ma place quels programmes enregistrés et vus ont le droit d'être effacés !
Il est tout neuf, et déjà il bugue, le bougre !
Il sera remplacé également, le technicien de la marque m'a assuré que "quand ça déconne, on remplace"...

Les machines commencent tout doucement à se rebeller... il va falloir se méfier, je vous le dis !

vendredi 12 septembre 2014

Au-delà des lunettes...

Bad Baby est donc en deuxième maternelle, et tout se passe comme sur des roulettes.

Il adore sa nouvelle instit, Madame J. Il se plaît dans sa classe. Il aime beaucoup le personnage en peluche qu'elle a créé il y a une bonne vingtaine d'années, et chante sa chanson tous les jours sur le chemin du retour.

Le plus de cette année, c'est qu'il se fait petit à petit des copains avec lesquels il joue dans la grande cour à faire semblant de manger de la terre.
(je me demande s'ils font réellement semblant, parce que vu la couleur de ses joues quand je le récupère...)
Je connais certains des prénoms de ses camarades.
Mais je suis curieuse de connaître ceux qui sont devenus ses copains...

- " je ne sais plus comment il s'appelle, mais il a pas de lunettes."

Euh... oui... mais encore ?

- " aujourd'hui, il avait un pull bleu, et il a pas de lunettes."

J'ai bien dévisagé tous les enfants de sa classe. Aucun d'entre eux ne porte de lunettes, à part une petite fille qui ne les porte pas tout le temps.

- " elle, je ne sais plus comment elle s'appelle, mais des fois, elle n'a pas de lunettes."

C'est trop drôle cette obsession sur des lunettes qui, finalement, n'existent quasi pas. Que la petite fille sorte du lot parce qu'elle est la seule à porter des lunettes, je peux le comprendre, mais le contraire ?

A partir de cet exemple, je me surprends à penser que les adultes pourraient également voir les choses autrement...

" tiens, hier j'ai pris un verre avec Isabelle... tu sais, Isabelle, celle qui est hétéro ?"

mercredi 10 septembre 2014

Quand la horde piétine...

Je me pose souvent une question qui reste immanquablement sans réponse :

Pourquoi les gens veulent-ils toujours être les premiers, et pourquoi, pour ce faire, faut-ils qu'ils écrasent tout sur leur passage ?

J'imagine que c'est une question idiote que personne ne se pose, tant tout le monde est pressé d'arriver le premier, mais moi, j'ai le temps, et franchement, j'en ai marre, mais vraiment marre, de me faire grimper dessus sans arrêt.
Et quand on ne me grimpe pas dessus, on escalade la poussette ET Bad Mini Boy qui est dedans.
Et je vous assure que ça a le don de m'énerver, mais à un point que vous n'imaginez même pas.

Constamment, je me bats dans les bus.
Pas pour avoir une place, non, puisque je reste debout.
Mais pour pouvoir accéder à l'endroit où il n'y a pas de place, justement, sans me faire écraser les orteils (et casser un ongle ou griffer mon joli verni que je viens juste d'acheter), et surtout sans qu'on ne passe sur le corps minuscule de ma Crevette, en risquant de lui crever un œil d'un coup de talon aiguille ou de lui arracher la moitié du visage d'un coup de cabas (c'est malheureusement du vécu).

Parce qu'ils sont comme ça, les usagers du TEC. En place sur les starting blocks le bord du trottoir, ils foncent comme des tarés pour entrer les premiers dans le bus, qui de toute façon ne démarre pas en laissant les plus lents à l'arrêt !
Et non contents d'avoir écrasé le plus grand nombre de pieds possible (il doit s'agir d'un concours, c'est pas possible autrement), soit ils se battent à l'intérieur à coup de "c'est moi le/la plus âgé/e " pour avoir un siège, soit ils stagnent devant la double porte du milieu pour... sortir le premier !!!
C'est hallucinant.
Et je ne vous raconte pas aux heures de pointe !

Ce sont ces mêmes gens perpétuellement pressés que l'on retrouve au supermarché, à pousser avec leur chariot pour que la file à la caisse, bloquée par une vieille qui compte ses piécettes, avance plus vite. Pourtant, s'ils y sont en même temps que moi, càd pendant les heures où les actifs s'activent au boulot, c'est qu'ils glandouillent sont parents au foyer autant que moi, donc ils ont un peu plus le temps, non ?

Depuis la rentrée, à l'école, c'est pareil.
Les parents qui arrivent en voiture veulent TOUS être les premiers à se débarrasser déposer le rejeton. Ils veulent TOUS être garés à 5 cm de l'entrée. Et ils veulent TOUS être les premiers à fuir partir bosser.
Les parents qui arrivent à vélo ne sentent plus leurs mollets tant ils ont pédalé pour monter la côte et tenter d'avoir, au pire, la seconde place.
Les parents qui, comme moi, arrivent à pied, prennent toute la largeur du trottoir pour être certains de ne pas être dépassés.

J'en ai même entendu une (mère) dire à une autre (toutes deux du quartier) : " ah mais nous on est arrivé y'a bien 20 minutes, tu sais " (sous-entendu "c'est à cette heure-là que t'arrive, feignasse ?").
Etrange... 20 minutes plus tôt, on aurait soit zappé le ptit déj, soit on se serait levé avant l'aube... je suis sûre que mes Bad Gnomes me remercieront plus tard de leur avoir laissé le temps de manger des céréales au chocolat en comptant les pétales cassés.

Bref... ou bien les gens sont tarés et vont tous faire un infar avant d'atteindre le terminus pour les uns, l'école primaire pour les autres, soit c'est moi qui vis complètement en dehors du temps, alors que je suis pourtant du style "tout de suite et au plus vite".

Mais qu'est-ce qui rend les gens si pressés/agressifs dès 8 heures du mat ? A cette heure-là, j'émerge seulement, moi...

mardi 9 septembre 2014

Cure de Jouvence...

Chaque matin, les Papas ou/et Mamans peuvent rester en classe jusque 9h.

Et à 9h, tout le monde dehors. C'est plus l'heure des Mamans !

Je reste en général jusque 8h45. Après quoi je tente de récupérer Bad Mini Boy, qui veut rester à l'école et qui s'y plaît beaucoup, et je dégage, non sans avoir fait 150 bisous et autant de recommandations à Bad Baby.

Pendant cette petite demi-heure, les enfants les plus affranchis jouent dans leur coin sans se préoccuper de nous, les plus pleurnicheurs pleurent, et les parents papotent, les uns en tentant d'attirer l'attention du rejeton qui n'en à rien à battre, les autres en tentant de faire taire celui qui braie.
Y'a de l'ambiance, autant le dire. :)

Moi, je papote avec la Maman et le Papa de la petite M, 4 ans et demi.
Et hier, la conversation tournait autour de Bad Mini Boy, qui, à seulement deux ans, en épate plus d'un de par sa joie de vivre et son indépendance extraordinairement indépendante.

- Le Papa de M : " en tout cas, il n'a peur de rien, le ptit, il a l'air d'une vraie canaille !"
- Moi : " c'est clair, c'est le plus remuant des trois. Le premier était timide, le second très angoissé, mais celui-là... ! "
- La Maman de M : " ah vous en avez trois ! Il est en quelle classe, le grand ?"
- Moi, sans rentrer dans les détails : " oh, mais il a 19 ans, lui, il n'est plus chez les petits ! (quoique...) "
- Les deux : " 19 ans ????? Vous avez un fils de 19 ans ?!! "
- Lui : " mais vous l'avez eu très jeune. "
- Moi : " bah non, pas vraiment... 25 ans c'est pas si jeune "
- Elle : " bon sang, mais vous ne les faites pas du tout ! J'aurais dit 15 de moins ! "
- Lui : " bon sang, vous ne les faites pas... un fils de 19 ans ! Ben là !

Hier, je suis rentrée de l'école avec un sourire qui ne m'a plus quitté de la journée !
J'adore aller à l'école !
'Tain, 15 ans de moins, ça me fait 5 ans en moins de mon Bad Boy ! Mouahahaha !

lundi 8 septembre 2014

L'autre apprentissage de la propreté...

L'apprentissage de la propreté, quand on a un gnome, c'est une période incontournable qui vous fait (ou pas, d'ailleurs) vous arracher les cheveux pendant... des jours, des semaines, voire des mois.

Dans le cas de Bad Baby, plus d'une année.

Mais bon, on y est arrivé, il ne met plus de langes que la nuit, et les accidents dans le boxer de petit d'homme, c'est plus jamais.
Ouf.

Maintenant, je lui apprends l'autre propreté. Celle qui est élémentaire, logique, au même titre que "merci", "bonjour", au revoir".

La propreté pendant / après pipi (et autre) !

Parce que je refuse purement et simplement que mes garçons deviennent l'un de ces hommes puants qui sortent leur zob dès qu'ils aperçoivent un arbre, un mur ou un poteau, sur le bord d'un chemin, d'une route ou d'un parking.
Parce que je refuse également de repasser derrière eux pour essuyer le rebord de la cuvette.
Parce que j'exige qu'on se lave les mains après.

J'en vois qui rigolent ! Mais je suis sûre que ça rigole jaune. Parce que c'est du vécu, partout et chez tout le monde.

Bref. Bad Baby fait pipi debout, maintenant.

Donc toutes ces petites choses very importantes, je les lui inculque tous les jours. Jusqu'à ce que ça rentre et que ça devienne un réflexe.

1° on essuie son zob/ses fesses avec papier et/ou lingette que l'on jette dans la toilette/poubelle.
2° on regarde si on ne laisse pas une goutte ou deux sur la cuvette, et si oui, on essuie.
3° on se lave les mains.

Parce que la propreté DOIT être un réflexe.

Si un petit bonhomme de presque quatre ans est capable de comprendre ça, pourquoi donc certains grands ne le comprennent-ils pas ?



vendredi 5 septembre 2014

Ça m'énerffffffff !

La rentrée, c'était lundi. Lundi, ça peut paraître déjà loin, mais pourtant, ça ne fait que quatre jours.

Cependant, il y a déjà un truc qui m'énerve grave de chez grave !

Ce truc s'appelle Thomas.

Il est dans la classe de Bad Baby pour la seconde fois, et déjà l'an passé, il m'énervait grave.

Comment un gamin de trois ans et demi peut-il me mettre dans cet état, me demanderez-vous ?

Parce que depuis l'année dernière, il a le nez qui coule vert !
Mais genre bien dégueu et bien purulent !
Et je suis certaine que c'est cet affreux Thomas qui refile tous ses microbes aux autres, et qui, par la même occasion, envoie mon Bad Baby si fragile à l'hosto !

Bon sang, ils font quoi, ses parents ? Il le laisse tout nu dans le jardin toute la nuit pour qu'il s'enrhume et contamine les autres, exprès ?
Ils ne le soignent donc jamais ?
Ils ne s'inquiètent pas d'avoir un petit garçon continuellement morveux ?
Et ils ne peuvent pas lui apprendre à se moucher, au lieu de le laisser la morve au nez ?

En attendant, seulement quatre jours après la rentrée, Bad Baby a de nouveau le nez qui coule, et se mouche sans arrêt depuis hier.
Et ça m'agace au point que ce soir, j'ai bien envie d'en parler aux parents de Thomas, à la réunion.

Ça se fait, ça, de demander à des parents de soigner leur gamin afin qu'il ne contamine plus personne ?

J'ai des doutes... nous vivons dans une période où nous ne pouvons plus rien dire à personne sans que ça soit mal compris, exagéré et que ça tourne au scandale... va encore falloir mordre sur ma chique.

Jusqu'à ce que...

jeudi 4 septembre 2014

Course contre le Temps...

La rentrée de Bad Baby s'est donc merveilleusement bien passée.

C'est bien simple, je ne le vois plus. Il passe toutes ses journées à l'école !

Par contre, ma rentrée à moi... euh... c'est pas la folle joie, hein !

J'ai dû me réadapter à un rythme que je n'aime pas spécialement. Et réapprendre à courir.

J'ai horreur, par exemple, de me lever pour plonger sous la douche illico. Moi qui aime prendre mon temps le matin, avec un café, un gnome sur les genoux, et des ptites brioches aux pépites de chocolat, ben là, c'est foutu.
6h55, le réveil sonne. 7h05, je suis sous la douche. 7h25, je dois ABSOLUMENT être prête (coiffure et maquillage compris) pour aller réveiller en douceur les deux petits dormeurs.

8h15, les ptits déj' doivent ABSOLUMENT être avalés, dernier pipi, et en route !

Le trajet, dans nos rues qui montent, montent, montent (et qui ne redescendent jamais, étrangement), dure environ 15 minutes... quand on a tout fini de risquer notre vie en slalomant entre les voitures des enc...és qui se garent SUR les trottoirs.

En classe, on a un peu de temps pour faire un dessin ou lire une histoire... les parents doivent être partis pour 9h.

Le temps de remonter (encore) faire les courses, puis filer à la maison faire un peu de rangement/nettoyage/lessive/vaisselle (liste non-exhaustive), de jouer un peu avec Bad Mini Boy, de préparer le repas et de le mettre au lit (le gnome, pas le repas), je respire juste le temps de manger un bout qu'il est déjà temps de lever le mini Gnome et d'aller rechercher l'autre en classe...

Sans compter les rendez-vous chez le dentiste, qui se trouve à l'autre bout de la ville (trois bus pour y aller), mais chez qui je viens de commencer des gros gros travaux de réfection totale ! (non pas pour plaire au François d'à côté, même si les sans-dents sont d'actualité...) ^^

Le premier avantage, c'est que mes cuisses en (re)prennent un coup et fondent comme neige au soleil.
Le second avantage, c'est que je n'ai pas le temps de me regarder le nombril et de dépresser comme la plupart de mes congénères.
Le troisième avantage, c'est que les insomnies liées au stress que me pose le Ptit Con, ben elles ont disparu.

Après Pâques, je recommencerai sans doute à bosser (ou pas), et là, il faudra retrouver un autre rythme, sans doute plus rapide... parce qu'ils seront deux à aller à l'école !

Sérieux, j'en rêve, de la Mini Bad Girl que je n'ai pas eue... mais c'est définitif, elle restera là où elle est... ^^


mercredi 3 septembre 2014

La troisième fois sera la Bonne...

Aujourd'hui, Bad Mini Boy a deux ans !

Il le sait, et il le dit.

Et Bad Baby le crie à qui veut l'entendre, à l'école !

" Aujourd'hui, mon petit frère a deux ans "... et les parents et institutrices de se sentir obligés de le lui souhaiter ! :)

Pour marquer le coup, j'ai (encore) fait un gâteau test.

Le dernier sans doute, je pense que c'est celui-là qui accueillera les invités ce week end !

J'ai donc essayé dans un premier temps, une recette de Mam Bretonne... le résultat était presque beau et très bon !

Dans un deuxième temps, j'ai essayé le gâteau magique dont tout le monde parle... résultat assez étonnant... une pâte très très liquide, une présentation bizarre, un démoulage catastrophique et trois tonnes de vaisselle. Pas beau ni présentable, même si le goût y est... on l'a mangé, mais sans sauter au plafond. Et les trois tonnes de vaisselle, je m'en passerai volontiers.

Troisième test : la recette de Mam Bretonne, mais sans la poudre d'amandes, que j'ai remplacée par du cacao.
Le visuel est très bien, le démoulage parfait... Mais un peu trop chocolaté à mon goût, et peut-être un peu trop cuit...

Je sais ce qu'il me reste à faire pour atteindre la perfection ! :)

mardi 2 septembre 2014

Deuxième Maternelle...

Hier, 1er septembre, c'était la première rentrée des classes officielle de Bad Baby.

Première rentrée officielle, parce que l'an passé, il était rentré en mars, puis était tombé malade, et n'avait finalement pas beaucoup fréquenté les bancs de la maternelle.

Mon Bad Boy avait pris congé, les chaussures, le pantalon et le sweat étaient neufs, le petit garçon était hyper motivé, et la collation était bien dans le cartable.
Même la pluie avait décidé de nous faire une fleur et de ne pas se montrer !

Sur place, mon ptit bonhomme était un peu stressé, mais il nous a laissé repartir sans une grimace, et sans verser une larme.

A midi, il est rentré très souriant avec son Papa, et a voulu y retourner pour l'après-midi. Sans siester !

Et la première journée chez sa nouvelle maîtresse s'est déroulée sans encombres...

Aujourd'hui, il a décidé tout seul de mettre la barre encore plus haut :

il est resté dîner à l'école, à emporter son drap, sa couverture et son Doudou pour la sieste avec les copains, et je ne vais le rechercher qu'à 15h30.
Une première, cette lonnnnngue journée à l'école !
Je suis trop fière de mon ptit bonhomme si timide et angoissé qui fait tout seul des efforts de grand.
Et lui aussi est très fier.

Je ne doute pas que je le récupèrerai souriant, tout à l'heure.

Du moins, je l'espère. :)