lundi 31 mars 2014

Amélioration...

Bad Baby devait réunir trois conditions pour sortir de l'hôpital.

- plus de température.
- stabilisation de l'oxygène dans le sang au-dessus de 92%.
- manger et boire.

Et rien de tout ça jusqu'à vendredi, où on a enfin débranché l'oxygène.
La nuit de vendredi à samedi, il faisait encore un pic de température à 39°. Et la saturation en oxygène rebaissait.
Quant à son alimentation, à part une bouchée de ci, ou une bouchée de là aux repas, c'était pas gagné non plus.

Contre toute attente, au vu d'un bon état général et d'une alimentation qui reprenait peu à peu, on l'a autorisé à rentrer à la maison samedi matin.
Nous devions juste continuer les aérosols pendant 24h et surveiller sa température pendant 48h.

Aujourd'hui, après un dimanche plutôt fatiguant, il a passé une bonne nuit durant laquelle il n'a pas trop toussé... il a petit-déjeuné normalement, il a vidé son assiette à midi et a bu ce qu'il devait boire.
Je pense qu'on est sur la bonne voie, celle de la guérison.

Quant à Bad Mini Boy, il a enfin accepté de remanger du solide ce midi (il ne se nourrissait plus que de lait depuis mercredi), et a également vidé son assiette.
Je pense qu'il était content de se retrouver à table avec son frère, parce qu'il n'a pas fait de comédie et a tout mangé.

Leur température à tous les deux est repassée en-dessous des 38°, les aérosols se terminent ce soir, les nez commencent à être propres (ce matin, pour la première fois depuis mercredi, je n'ai pas dû changer les draps du lit de Bad Mini Boy) et les toux se calment peu à peu.

Putain, quelle aventure !
J'en veux plus, des émotions pareilles !
4 jours d'attente. 4 jours d'angoisse. 4 jours à se demander si on va le revoir bientôt, si il va guérir un jour, si rien de grave ne va lui arriver la nuit, 4 nuits à ne pas dormir... 4 jours dont je me souviendrai comme étant le pire de mes cauchemars.

mercredi 26 mars 2014

Complications...

C'était un bête rhume !

Putain, c'était un bête rhume, quoi ! Et mes gnomes sont en bonne santé !

Alors pourquoi ça a empiré ?

Le diagnostic établi n'est pas le bon. La bonne nouvelle, c'est que Bad Baby n'a pas d'infection aux poumons ni aux bronches.

La mauvaise nouvelle, c'est qu'il a dû être hospitalisé hier soir, tant il était en détresse respiratoire. La kiné (une nénette exceptionnelle) (c'est elle qui les a conduits) a préféré nous conseiller l'hospitalisation d'urgence plutôt que de se retrouver dans la merde pendant la nuit.
Bien lui en a prit.

Bad Baby est victime du virus de la grippe, une saloperie de grippe bien agressive qui est la cause de son incapacité à respirer.
Il a subi tout un tas d'examens qui l'ont épuisé, se retrouve sous oxygène pour 24h, en observation pour 24h de plus, mais le médecin du service pédiatrique a dit que "ce n'était pas si grave car viral". Mouais.

Mon Bad Boy a passé la nuit avec lui, et je me morfonds de mon côté en soignant Bad Mini Boy qui est également bien encombré (mais jusqu'à présent, ses voies respiratoires vont bien).

L'un et l'autre ne peuvent entrer en contact... et c'est très difficile d'expliquer cette situation à deux petits bouts quasi fusionnels. Bad Mini Boy ne comprend pas, à 18 mois, que son frère et son Papa ne sont pas là.
Il s'en fout, lui, qu'on lui dise que Bad Baby est très malade. Lui, il veut son complice de toujours pour vider les box de légos et shooter dans les petites briques bien loin sous les canapés. Lui, il veut pouvoir embêter son dadais de frère comme il le fait tous les jours...
Ce matin, il traînait dans chaque pièce de la maison en demandant après "gnagnagna et papa ?"... 

mardi 25 mars 2014

Diagnostic...

Bronchopneumonie.

Le couperet est tombé ce matin, quand j'ai appelé la doctoresse après avoir passé la nuit à surveiller son 40,3° qui ne descendait pas d'un degré malgré les antipyrétiques.

Aérosols, antibiotiques, et kiné respiratoire. La totale.

Et ça ne va pas en s'améliorant, parce que mon bébé têtu se retient de tousser et garde tout. J'espère que ce soir, la kiné arrivera à le faire tousser et expectorer.

Je ne me suis jamais sentie aussi seule et désemparée.

lundi 24 mars 2014

18 ans sans sursis...

Bad Baby est prêt à devenir enseignant !

Une semaine seulement après être rentré à l'école, voilà t-y pas qu'il tombe malade et qu'il s'absente ! Si ça c'est pas la naissance d'une vocation ! :p

Trêve de plaisanterie... mon pauvre petit chaton a commencé par un petit 38,4° ce dimanche, accompagné d'un nez coulant... rien de bien grave.
Mais ce matin, il s'est levé avec 39,6°, une toux grasse et un nez bien encombré.

Et comme tout petit mâle malade qui se respecte, un air fatigué, épuisé, anémié, avec les gémissements ad hoc... qui me donne l'envie de le bizouter toutes les 5 minutes.

Lui qui n'a jamais été malade, voici venus les premiers microbes de l'école... super ! Je saute de joie.
Quand je pense qu'il en a pour minimum 18 ans... pfff

A part ça, sa première semaine s'est très bien passée... en cinq jours, il a bien avancé socialement, et les seules larmes qu'il a versées, c'est quand je suis allée le rechercher !


mardi 18 mars 2014

Le Deuxième Jour...

"Non moi je veux manger des tartines ici avec les autres !!!!"

C'est la réaction de Bad Baby quand il a vu que je venais le rechercher pour rentrer dîner...

"Et demain, on ira encore à l'école ?"

C'est la question qu'il m'a posé au moins dix fois sur le chemin du retour.

Je pense que mes angoisses étaient inutiles. Après cette seconde matinée à l'école, Bad Baby veut déjà dîner aux tartines avec ses camarades et est pressé de retourner en classe. D'ici à ce qu'il me réclame d'y aller l'après-midi, il n'y a qu'un pas que je ne suis pas pressée de franchir... et pourtant...

Bientôt, il déploiera ses ailes...

lundi 17 mars 2014

Le Premier Jour...

Ce matin, c'était le matin M du jour J.

Bad Baby a fait sa première rentrée scolaire.

Mon Bad Boy a pris congé pour l'occasion, et tous les quatre, nous sommes partis pour l'école.

Première approche... de la méfiance.
Deuxième étape... inspection des lieux (de la classe).
Troisième étape... j'm'installe à la table de dessin, j'empoigne les feutres, et je dessine.

Pas de cris, pas de larmes, je ne suis même pas sûre qu'il nous ai vu partir, trop occupé qu'il était.
J'avais une boule au ventre, un nœud à l'estomac, et il m'a laissée partir dans une totale indifférence ! Fils indigne !

Nous sommes allés le rechercher à midi, et nous l'avons récupéré tout souriant... et étrangement habillé d'un jean noir et d'un pull marron horrible et trop petit, alors que nous l'avions laissé avec un jean bleu et un t-shirt ligné !
En fait, au moment de la collation, il a renversé tout son jus de pommes sur lui, lui qui n'a pas l'habitude de boire au gobelet ! ^^

J'ai dû aussi faire le tour des couloirs pour retrouver son écharpe !

Hum... ça promet pour la suite. Va falloir que je prenne sur moi pour les fringues ! lol

L'important, c'est que, contre toute attente, mon petit garçon est rentré avec un grand sourire et l'envie d'y retourner demain. Et ça, c'est énorme.
Pour le reste, je vais apprendre avec lui. :)

vendredi 14 mars 2014

Il y a le Ciel, le Soleil...

Si j'ai quitté mon Ardenne Natale, c'est parce qu'il y fait toujours froid, et humide, et glacial, et qu'il y gèle, et qu'il y neige, et qu'il y pleut.
Tous les jours de l'année. Rarement moins.

Et quand je vois que cet hiver la France fut inondée, que les Etats Unis furent enneigés, que l'Australie fut incendiée, que la Russie fut empoutinnée, je me dis que la ville que mon cœur a choisi il y a de ça huit ans n'est vraiment pas si mal.

Nous n'avons pas eu d'hiver, je n'ai pas vu un flocon de neige, la pluie n'a pas duré et depuis des semaines, nous avons droit à un beau ciel bleu inondé de soleil !

Que vouloir de plus ?

Même mes allergies sont super contentes de revenir en force avec deux mois d'avance !

Les arbres bourgeonnent, les oiseaux chantonnent, les fleurs fleuronnent... et mes Gnomes déconnent.
Elle est pas belle la Vie ?

(arbre en fleurs là où j'attends parfois mon bus)

mardi 11 mars 2014

Phase 2 : pan de mur par pan de mur...

La mousse, tout le monde le sait, on en vient à bout avec l'eau de Javel.

Ce que l'on ne dit pas, c'est que de l'huile de coude, il en faut un paquet ! Et oui ma pauv' Lucette, si la Vie était aussi simple, ça se saurait !

De l'huile de coude, j'en ai... un peu. Je suis droitière, et pas de bol, le seul truc que je me suis cassé en un peu plus de quarante ans, c'est le coude droit.
C'est à croire que c'était écrit quelque part que j'aurais à m'en servir plus tard pour combattre la crasse.

Qu'à cela ne tienne, j'y vais à mon aise... avec la force non-herculéenne qui est la mienne, et le peu de temps libre que me laissent mon ménage et mes Bad Gnomes.
Mais j'y arriverai... je me donne même une date butoir : fin avril, ma cour sera nettoyée, blanchie, voire peinte, et aménagée de façon à ce que les gnomes y jouent tranquilou et de façon à ce qu'elle soit agréable pour nous y détendre.

Soit. Cet après-midi, j'ai investi dans un... tuyau d'arrosage ! Bon, on est loin de la puissance d'un Kärcher, mais ça aide !
Ce que je ne devrais pas dire, c'est qu'en le branchant, j'ai inondé toute la buanderie, mais bon, je ne voudrais pas qu'on pense que je suis une parfaite WonderWoman ! Ces femmes-là n'existent que dans la fiction... et dans certains blogs... ^^
J'ai posé ma bordure en bois (didju, c'est lourd, ce truc !), et ramassé toute la terre... avec la petite pelle jaune de Bad Baby ! Ben oui. On n'est pas très bricoleurs, mon Bad Boy et moi, ni jardiniers ! Nos seuls outils sont un marteau, quatre tournevis, un cutter, et une ou deux pinces, avec peut-être une clef anglaise.

On remarque, sur ce deuxième cliché, que le mur gauche est déjà plus net qu'avant... on remarque aussi la petite pelle jaune oubliée ! ^^



lundi 10 mars 2014

Phase 1 : nettoyage du sol...

Quand nous avons visité cette maison, nous avons immédiatement été séduits par le charme et la personnalité de la demeure, mais aussi par la petite cour intérieure.

Bien sûr, je savais qu'il y aurait du boulot.
Cette cour n'a vraisemblablement jamais été nettoyée, ou alors il y a longtemps. Très longtemps.
La mousse s'est imposée, l'arbre n'avait jamais été taillé, les araignées avaient élu domicile... bref, du boulot, quoi.

Nettoyer au Kärcher. Voilà mon idée première. Les murs verdis, le sol plein de mousse.
Le hic, c'est que je n'en n'ai pas sous la main, qu'il fait super beau MAINTENANT, que je n'ai pas envie d'attendre plus longtemps, et que j'ai donc décidé de commencer sans Kärcher.

Des seaux d'eau, de l'Eau de Javel, une brosse dure, une raclette et de l'huile de coude.

C'est ainsi que j'ai commencé hier le nettoyage de notre petite cour. Par débarrasser le sol de toutes ces crasses...

Ça m'a finalement pris une heure, mais quelle heure !!!
Du frottage intensif ! Tellement intensif que j'ai découvert des muscles dans les bras et dans le dos dont j'ignorais l'existence.

Comme ça a été plus ou moins bien et sans trop de difficultés, je vais donc tenter d'enlever la mousse des murs à la main... on verra ce que ça donne.

Ensuite, je pourrai mettre la bordure autour de l'arbre (manière d'empêcher Bad Mini Boy d'aller trifouiller dans la terre) (lui qui n'a que des idées pareilles), et penser enfin à l'aménagement et la déco, ainsi qu'à la peinture des murs propres.

En attendant, voilà comment le sol a retrouvé hier sa couleur (presque) initiale (il était couvert de mousse et de boue) :




lundi 3 mars 2014

Carnaval +1...

Nous sommes en plein dedans.

La période des carnavals.

On allume la télé, c'est carnaval. On ouvre un journal, c'est carnaval. On se connecte à facebook, c'est carnaval.
Depuis un mois (au mieux), voire 10 mois (au très pire), les gens se préparent et en parlent.
Depuis une semaine (au mieux), voire 15 jours (au pire), les gens ont lancé un compte à rebours.
Depuis deux jours (c'est là que le vraiment pire commence), les gens ne parlent que de ça.

Et depuis ce matin, partout c'est "carnaval +1, je n'en peux plus" !

Je l'avoue, je fais une overdose de carnaval, de récits de carnaval, de photos de carnaval, d'anecdotes de carnaval.
C'est bien simple, moi qui n'aimais déjà pas ce genre de festivités, aujourd'hui, j'exècre le carnaval sous toutes ses formes.

Mais revenons un peu à la définition première...

Wiki nous dit que " Liés généralement à la fête chrétienne de Mardi gras, les carnavals sont un type de fête relativement répandu en Europe et en Amérique. Ils consistent généralement en une période où les habitants de la ville sortent déguisés (voire masqués ou bien maquillés) et se retrouvent pour chanter, danser, faire de la musique dans les rues, jeter des confettis et serpentins, défiler, éventuellement autour d'une parade. "

Bon, j'ai vu des gens déguisés, des maquillages que j'ai trouvé beaux et bien faits, j'ai entendu des chants et vu des danses, et certains ont fait partie de parades, c'est vrai.

Mais en dehors de ce classique traditionnel, je n'ai lu que des récits de beuveries.

Je dois expliquer que l'alcool en excès, et les beuveries en particulier, pour moi c'est tolérance zéro.

Parce que je déteste ça, et que j'estime que la fête peut se faire sans avoir la gueule de bois le lendemain.
Et je trouve que le carnaval, ce n'est plus cette fête amusante que j'ai connu, mais que ça a muté en une espèce de beuverie gigantesque équivalent à peu de choses près (en fait, le déguisement en plus, et encore) aux fêtes estudiantines que j'abhorre par dessus tout !

Et chacun de se féliciter d'avoir survécu à ce week end diabolique.

Ouais.

Super. Y'a vraiment de quoi être fier. T'as bu pendant trois jours, et ce lundi, tu t'attends à recevoir la médaille du mérite.

Ça doit être mon côté vieille conne qui est déboussolée au deuxième verre de vin. Sans doute. Mais je me suis déjà vue quand j'avais bu, et j'avais trouvé ça très très laid...