mercredi 31 décembre 2014

Quand Castor pleure Pollux...

Ce billet-ci, tu ne le liras pas. Toi, mon plus fidèle lecteur.

Pourtant, il me semble que je dois l'écrire, comme un dernier adieu.

Un hommage à un ami.

Le souvenir que je garderai de toi est celui d'un homme fatigant, agaçant parfois, à l'horrible accent du Sud parfois incompréhensible pour la petite Belge que je suis. Un homme agaçant, donc, toujours trop sûr de lui, toujours trop fier, à l'égo sur-dimensionné.
Et si bavard !
Mais surtout d'un homme terriblement attachant, qui m'a souvent aidée à croire en l'avenir. D'une gentillesse rare, à l'accent plein d'humour que seuls les gens du Sud peuvent avoir.

On s'était perdu un peu de vue, quelle idée aussi d'habiter si loin et au soleil ? Mais on s'envoyait toujours des nouvelles et des vannes qui nous amusaient tous les deux.

Ce putain de crabe t'a finalement bouffé tout cru, toi qui débordais de vie.

Putain, Deep, j'arrive même à verser des larmes en tapant ces mots, alors qu'on s'était promis de se détester jusqu'à la fin de nos jours !
Et je me sens obligée, à présent, de garder tes horribles colliers de coquillages comme des reliques qui me feront penser à toi à chaque fois que je les regarderai ! Je te hais !

Va en paix, mon vieux Deep. Sache que non, je n'aurais pas pu te détester, j'étais ton Castor, tu resteras mon Pollux. A jamais.


mardi 30 décembre 2014

Bronchosaure...

Cela fait exactement à peu près quatre ans et dix mois que je ne fume plus.

Et je n'ai jamais autant toussé qu'aujourd'hui !

L'expert médical qui est en moi (8 saisons de Dr House et 9 saisons de Grey'anatomy, quand même) imagine un truc du genre bronchite, ou broncho-quelque chose.


lundi 29 décembre 2014

Ma Ville qui Résiste...

Tout le monde se souvient du petit village qui résiste à l'envahisseur, dans Astérix...

Moi, j'habite dans la seule ville belge qui a résisté à la neige, et j'en suis fort aise !

D'aucun publie ça et là des tonnes de photos de la "belle" poudreuse... et vas-y que je te fais un bonhomme de neige, et vas-y que je pose en maillot de bain sur la terrasse enneigée (oui, j'ai des amis un peu tarés), et voilà que je te montre un beau paysage ardennais, ou que je skie dans les Fagnes...

Même Bruxelles n'y a pas échappé !

La neige est partout.

Sauf à Liège.

Oh bien sûr, il a légèrement floconné... mais vraiment légèrement, juste de quoi me faire garder le sourire, moi qui exècre la neige !

Alors j'ai moi aussi publié la neige que je voyais par la fenêtre... et je souris encore plus :


Du coup, je pense que nous irons présenter nos vœux en mai, quand tout sera fondu, dans mon Ardenne Natale ! ^^

lundi 22 décembre 2014

Ruses et Sourires...

Bad Baby et Bad Mini Boy sont deux petits garçons plein de Vie... et même s'ils sont parfois freinés par un rhume un peu plus important de temps en temps, ça ne les empêche pas de rire, de chahuter, de courir, de collectionner les conneries ou les bons mots...

Bad Mini Boy est dans sa phase "Papa il a dit que":

- Papa il a dit que la musique c'était à moi !
- Papa il a dit je peux !
- Papa il a dit que je dois pas ranger !
- C'est pas moi, c'est Papa qui a dit que !
- Papa il a dit que, que, que, que...

En fait, si on en croit ce petit filou, Papa lui passe tout, lui donne tout, lui pardonne tout, et accepte tout ! Et comme Papa a toujours raison, il tente de me faire gober cette énorme supercherie ! :)
Bad Mini Boy est souvent sournois, petit futé, mais vraiment amusant !
Pour preuve, quand on lui demande "pourquoi tu as fait ça?" (par exemple), il répond, de sa petite voix comique "paske c'est tout!" :)
Et depuis qu'il chante tout ce que Bad Baby apprend à l'école, il est vraiment le petit bonhomme le plus drôle et le plus adorable du monde. De mon monde.

Bad Baby quant à lui, joue au grand frère et se prend souvent pour l'instructeur de son frère.

- Tu te mets là, tu écoutes, tu fais ceci, tu ne peux pas faire comme cela... c'est trop compliqué pour toi... attends je vais faire... calme-toi, sois sage...

Il utilise aussi Bad Mini Boy quand il a la flemme.

- Vas me chercher ceci, ou cela. Ramasse ma lettre/mon cube/mon Doudou/mes chaussons...

Il est entré dans une phase "je ne veux plus jamais", et nous le sort à toutes les sauces :

- Je ne veux plus jamais jamais de bisous.
- Je ne veux plus jamais te voir.
- Je ne veux plus jamais faire caca.
- Je ne veux plus jamais me lever.
- Je ne veux plus jamais boire du lait.

Il suffit de lui répondre "d'accord, tu n'auras plus jamais de bisous, ou ok, ne fais plus jamais caca, le docteur te mettra des suppos, ou d'accord ne bois plus jamais de lait, j'en aurai plus pour mettre dans mon café" pour que, contrarié, il change aussitôt d'avis ("oui, mais des bisous avant le dodo, et après le dodo, et quand je vais à l'école, je veux bien").

Bref, avec ces deux phénomènes, il faut ruser, constamment, mais qu'est-ce que c'est drôle !

Quand je fais le bilan de cette année qui se termine, je ne peux que croiser les doigts pour que la suivante se déroule de façon aussi heureuse.
Avec moins de rhumes, ça sera parfait. :)

jeudi 18 décembre 2014

Idée Nostalgie...

Mon Bad Boy est parti à la chasse au cadeau de Noyel, dimanche.

Tous les magasins étaient exceptionnellement ouverts.

(en fait, c'est pas aussi exceptionnel, vu que c'est chaque année à la même période)

Il est parti à peu près trois heures. Même que je me demandais s'il s'était perdu. Ou peut-être qu'il n'avait pas d'idées. Ou peut-être qu'il y avait beaucoup de monde.

Et puis j'ai reçu un sms : "j'ai trouvé, je rentre!"

Arf. Mission accomplie pour lui.

Ce samedi, c'est à mon tour de partir.

Il va me falloir cinq heures. Peut-être même huit heures ! Et je sens que je vais rentrer avec des tas de trucs pour les Gnomes; sans doute des trucs pour moi; éventuellement des trucs pour la maison... et pî ça sera tout.
Parce que je n'ai aucune idée !!!
Pourtant je l'aime, promis !
Mais j'ai pas d'idées !

Et puis hier, j'ai entendu un truc à la radio. Et je me suis dit "ah ben voilà une bonne idée qu'elle est bonne!".

Alors hier soir, je lui ai dit ! "Ça y'est ! J'ai une idée ! C'est en écoutant la radio que je l'ai eue !"

Et il a eu très peur.

Parce que ma radio, c'est Nostalgie.  

lundi 15 décembre 2014

De La Place...

Quand on décide d'avoir un enfant, ou que l'on est déjà enceinte, toutes les bonnes âmes charitables sont là pour nous accabler de conseils, de mises en garde, de "si j'étais toi", ou de "moi à ta place".

On a droit aussi au chapitre "tu sais, avec un enfant", ou à celui de "on n'image pas mais un enfant..."

Tout !

On a droit à tout.

Toutes les expériences, bonnes ou mauvaises. Sur les soins, l'allaitement, le portage, les poussettes, l'éducation, les vêtements, les jouets, la fessée,...
Tout y passe ! C'est simple, au bout du huitième mois de grossesse, on est tellement blindée qu'on a l'impression d'attendre notre dixième mouflet !

Même les nullipares y vont de leur expérience des autres. En ponctuant en général d'un "moi, jamais ça", ou éventuellement d'un "quand, à mon tour".

Mais s'il y a une SEULE chose que personne ne nous dit, c'est qu'une fois qu'ils sont là, tes mouflets, tes armoires, elles ne t'appartiennent plus jamais de la vie !
Tu dois dégager petit à petit tes propres affaires afin de faire de la place aux leurs !

C'est ainsi que ce week end, mon Bad Boy et moi avons trié trois tonnes de paperasserie en tout genre, jeté deux tonnes et demi sur les trois, et récupéré une planche et demi dans le buffet de la salle à manger... pour y ranger les jeux de lettres et les puzzles des Bad Gnomes.

jeudi 11 décembre 2014

Au Revoir Coucou...

Cette semaine, Bad Baby a encore grandi.

Cette semaine, Bad Baby a encore pris de l'assurance.

Cette semaine, Bad Baby n'a plus besoin de faire coucou-au revoir par la fenêtre de la classe, quand je m'en vais le matin, après l'avoir embrassé 1000 fois, et lui avoir donné 1000 recommandations.

La semaine dernière, pourtant, il y tenait encore comme à la prunelle de ses yeux, à notre coucou-au revoir du matin.
Lui dans sa classe, debout à côté du radiateur, moi de l'autre côté de la cour, tenant la poussette de Bad Mini Boy d'une main, et envoyant des bisous volants de l'autre.

Maintenant, il embrasse son petit frère, deux fois. Il me fait un gros câlin. Puis il s'en va s'asseoir à sa place, avec son copain Jérémy. Il met son masque de petit écolier, et il me laisse partir, sans faire coucou par la fenêtre.

Cette semaine, Bad Baby a encore grandi.

Il a pourtant la même taille que la semaine dernière. Mais il n'a plus besoin de faire coucou par la fenêtre de sa classe.

Je vais essayer de grandir aussi. Mais la semaine prochaine, promis !
Parce que demain, je lui demanderai quand même "on s'fait coucou-au revoir par la fenêtre ? ", des fois qu'il dirait oui ! ♥

Insupportables To Do lists...


mercredi 3 décembre 2014

Du Haut de Mon Perchoir...

L'avantage, quand on habite une maison dite bel-étage, c'est que, lorsque quelqu'un sonne à la porte, on n'est pas obligé de descendre ouvrir après avoir vérifié du premier étage qui est l'importun. Parce que ce sont toujours des importuns. Quand j'attends quelqu'un, c'est rarement à 10h du matin, et généralement, je suis prévenue. :)

Et je vous avoue que ça m'arrange très bien, et ce pour deux raisons :

La première est que lorsque le visiteur est une personne que je classe dans les "casses-couilles", je peux être très très très désagréable, voire agressive, voire grossière. Ça vaut donc mieux que le type (ou la nénette) ne m'ait pas en face de lui. :)

La seconde est que je suis devenue un rien parano vu tout ce qui traîne dans les rues, et que vraiment, je n'ai pas envie d'ouvrir la porte à un faux représentant de je-ne-sais-pas-quoi et me faire agresser, tout simplement. J'ai deux petits bouts à la maison, je ne prends pas le risque d'ouvrir à n'importe qui.

Ça donne parfois lieu à des dialogues assez cocasses, du haut de mon perchoir.

Scène 1.

- " Oui, c'est pour quoi ?"
- " Bonjour, pourriez-vous descendre de votre perchoir et m'ouvrir ?"
- " Bah c'est pour quoi ? Que je ne descende pas pour rien ! "
- " Je n'ai pas pour habitude de parler aux gens en penchant la tête en arrière !"
- " Ben venez-en au but directement, alors, qu'on en finisse, c'est pour quoi ? "
- " Non, décidément, je ne vous sens pas réceptive, tant pis, bonne journée."

Et je ne saurai jamais pourquoi il est venu ! ^^

Scène 2. (du deuxième étage, chambre des enfants)

- " Oui, c'est pour quoi ?"
- " Bonjour, nous venons pour (Vrouuuuuuuuum, voiture bruyante )... du quartier !"
- " Quoi ? Excusez-moi, je n'ai pas compris ! "
- " Nous venons pour ( vrouuuuuuuum, deuxième voiture bruyante) ... du comité de quartier (c'est ce que je comprends).
- " Ah, attendez, je descends !"
Deux étages plus bas, j'ouvre la porte, et paf, mon regard est attiré par un Jésus et une espèce de bible ! Bordel, je me suis fait avoir !
- " Vous n'êtes pas du comité de quartier, c'est ça ?"
- " Nous vous apportons la Bonne Nouvelle, et une réunion aura lieu..."
- " Vous me faites descendre deux étages en laissant mes petits seuls en haut en vous faisant passer pour le comité de quartier alors que vous venez simplement faire chier avec des bondieuseries qui n'intéressent personne parce que ceux que ça intéresse ils prient chez eux ou à l'église sans emmerder le monde toutes les 5 minutes ???! "
(Premier (d'une longue série) claquage de porte, nous venions d'aménager ici ! :p )

Scène 3.

- " Oui, c'est pour quoi ?"
- " Une bonne assurance obsèques..."
- " Désolée, je n'ai pas encore l'intention de mourir, on a encore besoin de moi, bonne journée."

Scène 4. (ce matin)

- " Oui, c'est pour quoi ?"
- " Bonjour, nous venons vous conseiller de comment accueillir Dieu chez vous."
- " S'il s'essuie les pieds avant d'entrer, il sera toujours bien accueilli, je compte sur vous pour le lui dire de ne pas flotter au-dessus du paillasson, bonne journée."

Par contre, je suis extrêmement souriante et conciliante avec mes amis, ainsi qu'avec les livreurs de disques, de pizzas, le facteur, et ceux qui apportent les colis venant de Bretagne ! :)

Je pense que Roméo aurait pris un fameux râteau, avec moi !



dimanche 30 novembre 2014

WishList...

Ici et là commencent à fleurir les fameuses wishlists des blogueuses et autres accros du web.

Nous y sommes donc !

Nous sommes (enfin, diront certains) (quelle horreur, hurleront les autres) dans cette période de fin d'année où tout le monde (ou presque) énonce clairement (ou à l'aide de messages subliminaux) ce dont il a envie pour Noël.
Terminé la grosse surprise emballée de façon à ne rien dévoiler ! Les listes de souhaits sont devenues en fait des listes de demandes, limite le Père Noël devient un banal fournisseur parmi tant d'autres...

Et comme durant cette période, c'est obligé, tu as envie/besoin de quelque chose, et bien tu le fais savoir au reste du monde, des fois que ça ne tomberait pas devant les yeux d'un aveugle !

Dingue comment les gens se lâchent !

Ça liste à tout va ! Et ça va du panty fun étoilé à l'inabordable bague en diamants, en passant par un voyage à Londres chez Harry Potter* !

C'est l'heure où nous aussi, on se dit que "on va sortir le sapin et penser tout doucement aux paquets qu'on va pouvoir mettre en dessous" !

Euh... oui.

Mais j'ai beau tenter de piocher des idées dans les wishlists que je vois, il n'y a que des choses futiles/très chères/horribles/inutiles (etc) qui ne m'intéressent pas !
Et franchement, je n'ai aucune idée de ce dont j'ai envie !

Help ! Je suis anormalement comblée !

Peut-être devrais-je glisser subrepticement mon N° de compte à ceux qui veulent m'offrir un cadeau, ça payerait mes frais de dentiste ! Et ça, vraiment, ça serait un chouette cadeau, vu comment la sécu nous rembourse en Belgique ! ^^

Mais il y a pire que de ne pas savoir quoi mettre sur ma propre whishlist...

Il y a aussi le total manque d'idées pour gâter mon Bad Boy !

Help ! Je ne sais pas quoi offrir à mon Namoureux !

Bon, là où on se rattrape, c'est sur les cadeaux des Bad Gnomes. Étrangement, on déborde d'imagination !

Tiens... ça me fait penser aux fameuses résolutions, qui suivront bientôt les wishlists... la mienne sera : penser un peu plus à moi, à nous, et pas qu'à eux. :)


* on remarquera que moi aussi, je sais faire des messages subliminaux... de là à ce qu'ils soient compris... :)

vendredi 28 novembre 2014

Il suffit de peu de choses...

En faisant les courses, mercredi matin, j'ai acheté des chaussettes que je trouvais rigolotes, pour Bad Mini Boy.
Des chaussettes Mickey, deux paires pour 3,99€.
Pas la mer à boire, donc. Un petit achat sans conséquence.
Sans conséquence ???

Hier il a mis une des paires, et aujourd'hui la seconde... et quand il les a eues aux pieds, il ne se sentait plus !
Dans le bus, ce matin, il interpelait Madame ou Monsieur, et retroussait ses pantalons pour montrer fièrement ses chaussettes Mickey.

C'est sur ce principe-là que l'on tente de les élever... des petites choses sympas, à petit prix, qui font bien plus plaisir que les trucs pour lesquels on se saigne aux quatre veines.

C'est aussi ainsi que je construis notre petit nid.
Et c'est toujours ainsi que j'ai aménagé leur chambre. En dénichant à droite, à gauche, de jolies petites choses, neuves, mais vachement abordables.

Sans vivre dans la misère, loin de là, nous n'avons quand même pas les moyens pour deux chambres complètes dites évolutives (ou pas) à plus de 500€ la chambre ! Et quand bien même on les aurait, on ne le ferait pas. ^^
Par contre, chez le Suédois-mon-ami, on trouve des lits supers pour pas grand-chose.
Des literies amusantes.
Des objets de déco sympas... chez mon fleuriste aussi, d'ailleurs !

Et voilà ce que ça donne, une chambre accueillante à petit prix :


- garde-robe et commode : récup amicale...
- lit cage, lit enfant, table + chaises et lampe de chevet : le Suédois...
- petit meuble à paniers : le hard-discount français déco et ameublement...
- étagère en tissu vert-pomme : le hard-discount allemand bleu et jaune...
- les cadres (il y en a 4 en tout), les stickers rigolos et les descentes de lit : le hard-discount allemand bleu et blanc...
- les objets (deux souris, escargot, crayons-tirelires) : le fleuriste en haut de chez nous...
- les tentures occultantes : magasin d'ameublement néerlandais...

Au final, on obtient une chambre sympa, colorée et amusante pour deux gnomes pour moins de 300€, sommiers, matelas et literie compris.

Ben non, faire des gnomes, ça ne coûte pas si cher que les mauvaises langues le disent.

dimanche 23 novembre 2014

Copines cherchent spa ou autre...

Quand on a (enfin) une copine avec qui partager des choses, il faut apprendre à penser "trucs de filles".

C'est pas facile, mais j'apprends vite !

Après avoir encore une fois passé ce week end ensemble avec nos gnomes respectifs et mon Bad Boy, nous avons décidé que la prochaine fois, ça serait ailleurs, sans mômes, et sans homme.

Ouch. Là aussi va falloir que j'apprenne ! ^^

Et pour faire quoi ?

Nous nous sommes mises d'accord pour faire un truc de filles que nous n'avions jamais fait, ni elle, ni moi.

Un week end thalasso, ou spa, ou un truc du genre pour se faire que du bien et pî c'est tout, sans penser à autre chose qu'à nous même (et en discutant des gens, aussi, car là, nous n'avons pas besoin de cours, c'est trop facile !).

Bon. Les lectrices expérimentées, qu'avez-vous à partager comme trucs de filles qui fait du bien au corps et à l'âme, dans la région de Lille, ou à la côte belge, ou en tout cas entre le Nord de la France et Liège ???

Bien sûr, on va chercher de notre côté, mais tout le monde sait qu'il y a plus dans plusieurs têtes que dans deux têtes de linottes !

Allez, je compte sur vous ! :)

vendredi 21 novembre 2014

Clap... premièreS !

Bad Baby, on le sait, est un petit garçon timide et éternellement angoissé.

Mais finalement pas tant que ça.

Parce que cette année (scolaire), on assiste à une fulgurante évolution sociale de sa part.

Par exemple, il a (enfin) des copains. Mais plus des copains figurants, non ! Des copains avec qui il joue à s'attraper ( fini les jeans propres au retour de l'école, les genoux sont dorénavant dégueulasses), avec qui il rigole, ou avec qui il discute vaisseau spatial ! Rien que ça !

Par exemple, il a (enfin) accepté de participer à un petit spectacle dont le thème est Le Petit Poucet, même qu'il était un des frères du Petit Poucet, qu'il avait des cordes et un grand t-shirt orange, ah non potiron plutôt, et que c'était gai !
Spectacle privé (juste entre eux) organisé par la stagiaire, qui plus est, et non pas par l'institutrice !

Par exemple, il me fait part de ses sentiments envers ladite stagiaire (dont c'était le dernier jour aujourd'hui) : "je suis triste que madame Mathilde elle part, parce qu'elle me fait toujours plein plein de bisous".
(ça commence par une stagiaire, puis ça finit par une blondasse voleuse de fils adoré, va falloir que je surveille)

Par exemple il nous chante ou nous récite tout ce qu'il apprend en classe au fur et à mesure qu'il apprend, et non plus un an après !

Mon petit garçon de quatre ans grandit.
Ça me rend fière.
Ça me fait peur.
Quatre ans, c'est trop petit pour grandir, je trouve. ♥

lundi 17 novembre 2014

Quatre ans...

Quatre ans !

Bad Baby a quatre ans aujourd'hui !

Bon sang comme le temps passe vite ! Et en même temps, il est toujours ce tout petit bout de nous que j'ai tellement eu de mal à faire sortir ! ^^

Hier, nous avons donc fêté ça comme il se doit. Avec un changement par rapport à ses trois autres anniversaires : c'est moi qui ai fait les gâteaux !

Bad Baby a été gâté.
Bad Baby a été pourri.

Et moi, je me demande pourquoi personne n'a pensé à m'offrir les box ou les espaces rangement dont j'ai besoin pour caser tout ce joyeux bordel ! ^^

Ce matin, en l'habillant, je lui ai fait plein de bisous dans le cou, en lui souhaitant un bon anniversaire... il a levé ses grand yeux bleus vers moi, et il m'a dit qu'il m'aimait...

Moi aussi, mon Petit Génie, je t'aime. Et je t'aimerai même quand tu seras grand, et vieux, avec de la barbe, comme Papa. ♥


mercredi 5 novembre 2014

Celui qui a des lunettes...

On se souvient de l'obsession de Bad Baby, en début d'année scolaire, pour les copains qui n'ont pas de lunettes (rappel ici)... je pense avoir eu, hier, le fin mot de l'histoire.

Et en même temps, j'ai compris que mon petit bonhomme gardait pour lui un lourd secret, et qu'il s'est enfin soulagé en m'en parlant.

Hier matin, donc, j'étais en classe avec lui (et Bad Mini Boy) le temps de l'accueil, quand j'ai surpris un gamin que je n'avais encore jamais vu frapper Karim, un camarade.
Soit... la stagiaire le gronde, je bisoute Bad Baby, remballe Bad Mini Boy, et je m'en vais... jusqu'à midi.

Midi se passe, on mange, on va faire dodo, et à 16h, je papote à table avec Bad Baby...

- "tiens, c'était qui le petit garçon qui a frappé Karim, ce matin, je ne l'ai jamais vu dans ta classe, lui ?"
- "c'est celui qui a des lunettes, Gabriel"
- "et il est dans ta classe ? C'est bizarre, je ne l'avais jamais vu avant..."
- "il est pas là tous les jours et il est puni parce qu'il est pas gentil et que l'autre jour il m'a tapé la tête et il a pris ma collation c'est pas mon copain Gabriel il m'embête tout le temps" (raconté d'une traite)
- ...

C'est là que j'ai compris pourquoi tous les enfants qui n'avaient pas de lunettes étaient ses copains.

Je lui ai dit ceci :

- " tu sais quand Bad Mini Boy t'embête, tu le pousses, et je ne suis pas d'accord, parce que je suis là pour le gronder ou le punir ? Et bien quand Maman n'est pas là, tu as le droit de repousser celui qui t'embête. Tu ne dois pas te laisser faire, mais tu ne peux pas pousser sans raison. Et si Gabriel t'embête encore, ou te vole encore ta collation, tu le repousses et tu le dis à Madame J. Gabriel n'a pas le droit de frapper, ou de prendre les collations des autres. "

Je ne veux pas faire l'apologie de la violence, surtout pas, mais mon bébé ne sera pas la victime que j'étais à son âge, et bien plus tard encore. Je ne veux pas qu'il soit un agresseur, mais je refuse qu'il soit l'agressé, et lui dire qu'il a le droit de se défendre, c'est aussi le protéger, non ?
En tout cas, il a paru soulagé, et il m'a fait un de ses sourires rayonnants !

Et si cet affreux singe-à-lunettes le touche encore, je lui fais bouffer ses verres ! ^^

mardi 4 novembre 2014

Envie de Gâteau, mais pas que...

Conversation autour du Compiègne... parce que le lundi soir, c'est Le Meilleur Pâtissier.

- " impossible à faire, je n'ai rien pour cette recette: pas de moule comme ça, pas d'ananas, pas de rhum..."

- " ah si, du rhum on en a ! Même que si je veux finir la bouteille, faut qu'on refasse un troisième ! J'ai bu un verre à chacune des naissances des Bad Gnomes."

- " ah bon ??? Ben tu m'avais jamais dit ça ! Quand j'étais à la mat ?"

- "oui, le 1er soir... pour Bad Baby, pour me remettre de mes émotions (ça c'était plutôt mal passé, faut dire, il aurait pu en boire trois que j'aurais compris), et pour Bad Mini Boy, pour perpétuer ce qui est devenu une tradition ! :p "

J'ai souri... et j'ai haï mon âge et l'impossibilité de le faire, ce troisième...

mardi 28 octobre 2014

Besoin de Rien, Envie de...

Depuis le mois de septembre, LA question revient régulièrement... je n'ai jamais LA bonne réponse, et je réponds invariablement "ben je sais pas trop, tu vois".

Bad Mini Boy a eu deux ans en septembre, et 15 jours avant la fête du gâteau, le téléphone s'est mis à sonner, à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit, avec cette question qui revenait en boucle : qu'est-ce qu'il voudrait bien pour son anniversaire ? De quoi a-t-il besoin ?

Dans dix jours, nous fêtons les quatre ans de Bad Baby, et la question piège revient !

Quinze jours après l'anniversaire de Bad Baby, Saint-Nicolas déposera ses cadeaux dans Mon Ardenne Natale, et quinze jours après le passage du grand Saint, le Père Noyel passera chez nous et dans la Bretagne Natale de mon Bad Boy.

Et je ne sais toujours pas répondre à cette question !

Enfin si, je pourrais dire que Bad Baby a vraiment besoin de beaucoup de mouchoirs, et que Bad Mini Boy a vraiment besoin d'une bonne coupe de cheveux.

Alors je laisse les parrain, marraine, grands-mères, tantes et anciens voisins se débrouiller avec les informations que je leur donne concernant les deux personnalités bien marquées de mes deux zouaves.

Bad Baby est définitivement un intellectuel. Il aime les chiffres, il aime les lettres, il aime les activités liées aux stickers qu'il aime coller et décoller, il aime rester assis des heures à table à se concentrer sur des jeux d'images, de puzzle, et son truc du moment ce sont les heures.
Et il aime la musique et fond souvent en écoutant les Stones de sa mère.
Il demande aussi depuis quelques jours à faire de la batterie.
Je ne sais pas d'où lui vient cette idée étrange (et somme toute bruyante), sans doute de voir les photos de son batteur de parrain... toujours est-il que j'ai sauté la première sur cette idée et que la batterie est déjà dans la hotte du Père Noyel ! :)

Bad Mini Boy, quant à lui, est plutôt du genre "agriculteur en colère", il fait défiler ses nombreux tracteurs dans le salon en scandant des revendications salariales ( "je veux boiss de la dewadine !"), il est parfois cheminot chez Legoland, il traîne souvent dans des embouteillages de voitures, et ce qu'il aime par dessus tout, c'est foutre le total boxon dans toutes les pièces de la maison et, quand il n'a plus rien à étaler, réclamer les dessins animés parce que, je cite, "il est tatigué" !
Il chante et il danse du matin au soir, et aime les Beatles de son père.

Plus sérieusement, mes Bad Gnomes sont trop petits pour avoir de réelles envies, et ils sont trop assez gâtés pour avoir de réels besoins, je crois.
Ils se contentent souvent de choses moins concrètes que des jouets, comme par exemple des bisous et des "je t'aime" à gogo, ou encore ils adorent s'installer avec les cartes d'anniversaire reçues précédemment et me faire lire et relire les écrits de Mami, qu'ils connaissent pourtant par cœur.

Et comme disait Michel Berger...

♫ Seuls les sages et les fous
N'ont besoin de personne
Moi j'ai besoin de vous...♪

mercredi 22 octobre 2014

Mon Frère...

La vaisselle, je l'ai déjà dit , ça peut être gai, même si c'est la tâche la moins folichonne du ménage.

Mais j'ai aussi découvert qu'en m'isolant dans la cuisine pour la faire, je pouvais entendre les conversations des Bad Gnomes sans les déranger et, souvent, rire sous cap dans mon coin. Ou être attendrie par leur complicité.

Ce matin encore (Bad Baby n'a pas été à l'école, il pleuvait de trop, et comme nous étions déjà rentrés trempés hier et que les chaussures n'étaient pas sèches, ben on a fait l'école buissonnière), ce matin, donc, je les entendais jouer et se disputer un légo ou un cube quand Bad Baby apostropha son petit frère sur un ton très sérieux, voire solennel...

- " tu sais (Bad Mini Boy), on se discute*, mais je t'aime hein."
- " oui moi aussi je t'aime... c'est à moi le tracteusss, c'est à moi !!! "


(*comprendre "on se dispute")


Dégoût...

14 ans.

14 ans d'une relation correcte. Distante, mais presqu'amicale.

14 ans, c'est le temps qu'il aura mis pour enfin trouver le Truc qui m'empoisonnera la Vie.

Y'a vraiment des gens qui ne savent pas tourner une page, clore un chapitre, fermer un livre, et passer à autre chose.

" oh, comme il ressemble à son père... enfin, c'est mieux comme ça..."

J'n'en suis pas si sûre...

mardi 21 octobre 2014

L'automne, c'est beau, mais c'est pas pratique...

Voilà, nous y sommes.
L'automne est vraiment là, et touche même à sa fin, vu le temps qu'on a actuellement et qui nous annonce l'hiver.
Il vente, les feuilles volent dans tous les sens.
Il pleut, les feuilles collent aux semelles.

Quand on se lève, il fait noir... Bad Baby me rappelle chaque matin que c'est encore la nuit.
Mais non, mon Cœur, il est 7h35, la nuit est finie.

Les bois alentours ont revêtu leurs jolies couleurs.
C'est beau.
Ça donne envie de rester calfeutrer à la maison, d'allumer bougies parfumées et encens, et de faire des raclettes à gogo !

Les après-midi, je fais des gâteaux.
Pas question de se laisser abattre, non mais !

Le seul bémol est dans l'organisation des courses... je dois attendre le soir que mon Bad Boy soit rentré, parce qu'il est hors de question de trimbaler les Bad Gnomes sous la pluie et le vent ! La poussette dans la tempête, c'est pas le top, surtout pour Bad Baby et moi (Bad Mini Boy est bien à l'abri sous le plastique protecteur).

Je pense même faire appel à un taxi cette semaine. Manière de ramener de l'eau et autres pack de boissons afin d'être tranquille quelques jours. Parce que le caddie dans le vent, les feuilles, la pluie, c'est pas le pied non plus, même sans les gnomes !

Euh... j'espère que l'hiver ne sera pas trop enneigé ! ^^

jeudi 16 octobre 2014

Des chiffres et des lettres...

Pour faire le bonheur de Bad Baby, il en faut peu.

Des chiffres, des lettres, et il est heureux ! ^^

J'ai trouvé le Saint Graal par hasard chez Kruidvat il y a deux jours :



Voilà de quoi l'occuper pendant sa mini convalescence.

Ben oui, il a chopé une pharyngite. Encore.

Il s'en donne à cœur joie. " T'as vu, j'ai écrit mon prénom ! Et mon nom !"

Bad Mini Boy s'éclate aussi.  " T'as vu ? J'ai fait une tousss (tour) ! Je la casse ! Badaboum !!!! "

Mon petit génie, et mon petit démolisseur se suivent, mais ne se ressemblent décidément pas. ♥

lundi 13 octobre 2014

Foire d'Octobre...

Chez nous, pour le moment, et jusqu'au 11 novembre, c'est la Foire.

Avec un F majuscule. Même qu'on en parle comme étant la plus grosse foire de Belgique, dans Wikipédia.
Et tout le monde sait que Wikipédia, c'est la bible.
Un peu comme si Chuck Norris avait créé Wikipédia.

Depuis l'ouverture début du mois, il a plu. Beaucoup.
Même que je remerciais le ciel tous les jours de ne pas être forrain.
Parce que les pauvres, ils en bavent, avec le temps qu'il fait.

Et puis ce week end, il s'est arrêté de pleuvoir. Comme ça, subitement.
Alors on a décidé d'aller faire un tour sur la Foire tous les quatre.

Bad Baby tenant ma main, et Bad Mini Boy dans les bras vigoureux et musclés de son père, sinon on le perdait avant d'avoir fait 3 mètres.

Un monde de dingue !!!!
A croire que toute la Belgique s'était donné rendez-vous en ce seul dimanche sec !

Tant bien que mal, nous sommes arrivés à notre but premier : le manège des chevaux de bois. Ringard, désuet, mais tellement magnifique ! Le même tout pareil que dans Martine à la foire !
Dans le carrosse de princesse, Bad Baby, toujours aussi courageux, a voulu descendre au deuxième passage devant la cabine, et est resté collé à ma poitrine en psalmodiant "je veux la pèche aux canards, je veux la pèche aux canards".
Bad Mini Boy n'a pas pipé un mot, mais il s'est collé sur les genoux de mon Bad Boy en attendant stoïquement que ça passe.
Et c'est passé. Le tour aura duré 4 minutes. Leurs 4 plus longues minutes de toute leur vie. :)

Etape suivant, la pèche aux canards, donc.
10 canards chacun, un semblant de points comptés et la désignation des cadeaux potentiels. Le Saint Graal, enfin !
Bad Baby a choisi un cor.
Bad Mini Boy s'est laissé guider vers un train-téléphone-pouêtpouêt.

Et puis, étant tous les quatre gavés par la foule, nous sommes repartis vers le centre-ville, manière de les fatiguer encore un peu, pour prendre un bus et rentrer.

Vous me croirez ou pas, c'est le bus qu'ils ont préféré !

Perso, j'ai eu ma dose pour un an.
Mais je compte bien y renvoyer mon Bad Boy me chercher un paquet de croustillons ! ^^



dimanche 12 octobre 2014

Full or Empty ?

L'autre jour, je faisais cette remarque, à mon Bad Boy : quoique je lise sur le net (statuts facebookiens, blogs, forums, etc...), les gens se plaignent continuellement de leur Vie.

C'est dingue, ça. La plupart, qui détaillent tout ce qui les concerne, ont apparemment tout pour être heureux, des enfants en bonne santé, un logement sympa, un boulot cool et/ou bien rémunéré, des tonnes de loisirs, bref, des tas de choses bien agréables à lire, et pourtant, ils se plaignent. Tout le temps. A propos de tout. Et souvent de rien.

C'est une chose qui me dépasse totalement.
Tout le monde a son lot d'emmerdes, c'est clair.
Certains y ont même droit plus que les autres. Je sais de quoi je parle, j'ai eu une période assez rock'n'roll.
Mais quoi ?
Généralement, ce ne sont même pas ce que l'on appelle "emmerdes" qui les tourmentent.
Où est l'intérêt de voir constamment le verre à moitié vide quand, bon sang, il est quand même à moitié plein, et qu'on a pas forcément soif au point de le boire cul sec ?

Je lisais dernièrement chez une copine "la vie est une tartine de merde et on en bouffe tous les jours"... Euh... ?
Pas d'accord. On a l'opportunité de choisir comment tartiner son pain. A nous de faire en sorte qu'il soit mangeable.

En tout cas, plus j'entends / je lis les jérémiades des gens, plus j'aime ce que je vis au quotidien avec tous mes mecs à la maison.Même s'ils me fatiguent parfois ! :)


lundi 6 octobre 2014

Il court il court le Furet...

Je me souviens avoir entendu plusieurs fois, l'an passé que aaaaah, j'allais voir comme ça allait changer ma vie en plus cool, quand Bad Baby entrerait à l'école !

Ah ouais ?

Quand il est entré en mars 2013 en classe d'accueil, il s'est chopé tellement de saloperies qu'il a fini par être hospitalisé une semaine.
Ça, c'est pas cool.

Quant à cette année, je cours dès potron minet pour les lever tous les deux, les habiller, les faire déjeuner, conduire Bad Baby à l'école, courir (avec Bad Mini Boy qui trouve ça très marrant) pour ne pas rater le bus qui me conduira à l'autre bout de la province chez le dentiste (j'aurais pu choisir plus près, mais çui-là, c'est un ami, et puis il est bon), courir pour ne pas rater le bus qui me ramènera à la maison préparer le dîner... profiter des deux heures de sieste de la Crevette pour faire le ménage pas fait la matinée, tenter de réveiller la Crevette à 15h en douceur mais en vitesse quand même pour aller rechercher Bad Baby à l'école en croisant très fort les doigts pour qu'il soit de bonne humeur (Bad Baby veut rester à l'école, en général, et râle tout le chemin du retour), préparer le goûter des deux affamés, et, là, oui, ça peut être cool parfois, poser mon popotin dans le fauteuil, enfin... mais l'en bouger aussi vite pour séparer les deux bagarreurs ou pour aller faire les courses pour le souper !

C'est clair, c'est cool, depuis qu'il va à l'école...

" Aaaaaaah, mais tu verras, quand Bad Mini Boy ira lui aussi, après Pâques, tu seras plus tranquille" !

Oui, j'imagine déjà... je courrai le matin pour les conduire tous les deux, puis pour ne pas rater le bus qui me conduira au taf que j'aurai repris à mi-temps, puis pour aller rechercher le plus petit à midi, parce qu'il ne sera pas encore capable de tenir la journée entière, puis de courir... et courir, et courir...

Bon, le positif, c'est qu'à force, mes cuisses sont redevenues toutes minces, que les kilos qui stagnaient commencent à fondre, et que j'ai dû acheter une ceinture pour maintenir mes jeans devenus un peu trop larges à la taille.
Ça, c'est cool. :)


lundi 29 septembre 2014

Bonzaï !

Aaaaah. Ma cour aux murs verts de mousse et son petit arbre me donnent décidément du boulot !

Heureusement que nous n'avons pas des hectares de terrain, je ne m'en sortirais pas !

Bon. Mon petit arbre, tout nu et "débranché" quand nous sommes arrivés l'an passé, a bien poussé, depuis.
Les branches sont revenues en force, et ont grandi, grandi, grandi au point qu'elles empêchaient même le passage des voisins dans leur propre cour, au point qu'elles envahissaient le toit de mon annexe, au point que nous n'avions quasi plus de lumière, au point que je me suis offert un coupe-branches !

Et hier, je l'ai dégainé, mon magnifique coupe-branches qui est aussi grand que Bad Mini Boy !

Et j'ai coupé.

Coupé.

Coupé.

Mon arbre ressemble désormais à un bonzaï géant, et est prêt pour l'hiver.

Mais.

Je fais quoi des branches, moi, maintenant ?

Sans voiture, et sans ramassage de déchets verts avant plusieurs semaines, voire plusieurs mois ?



jeudi 25 septembre 2014

My little Genius..

Bad Baby, on le sait, est obsédé par les chiffres.

A presque 4 ans, il sait compter jusqu'à l'infini, comme Chuck Norris, mais trois fois !
Plus sérieusement, sans lui avoir appris, il a compris le truc des centaines tout seul, et compte au-delà de 100.
Il sait additionner et soustraire des petites quantités de NicNac (si j'en ai 5 et que j'en mange 2, il ne m'en reste plus que 3) sans support, il connait les dates anniversaires de tout le monde et le n° de téléphone de son Papa par coeur (ça, ça m'arrange bien, parce que moi je ne le connais pas), sait où il habite et connait presque tout le réseau TEC de la ville.
Impossible de le perdre, il sait quels bus le ramèneront chez nous.

Depuis peu, son petit côté monomaniaque du chiffre s'est étendu aux jours de la semaine... en anglais.

Pas besoin qu'il réfléchisse trois heures pour dire que thursday, c'est jeudi !
Parce que H&M a sorti une série de sept paires de chaussettes colorées, et que j'ai intérêt à suivre avec mes lessives, il est hors de question de porter les chaussettes FRIDAY un mercredi !

Si, socialement, il évolue encore lentement, intellectuellement, je risque de ne plus pouvoir le suivre bientôt, tant sa logique mathématique me dépasse presque ! ^^

Je l'appelle "mon petit génie".




lundi 22 septembre 2014

J'peux pas... il a piscine !

Voilà 22 jours que Bad Baby est rentré à l'école.

Bien sûr, il a chopé dès la première semaine tous les microbes de tout le monde... mais pour une fois, rien de grave qui ne l'ai conduit à l'hosto, et rien de grave au point de rester à la maison loin de ses copains qui n'ont pas de lunettes.

Mais, j'estimais quand même qu'il ne devait pas aller à la piscine.

Maintenant, est-ce que j'ai estimé cela à cause de son rhume ou de mes angoisses de récupérer un bébé à moitié noyé, je ne sais pas... toujours est-il que le lundi, c'est piscine, et que jusqu'à présent, j'avais dit non.

Cette semaine, aucune excuse... il tousse moins, le nez est propre, il a son nouveau premier maillot, son bonnet, un joli sac orange... je ne peux plus reculer.

Soit.

Ce matin, donc, Bad Baby est allé à la piscine avec sa classe et la psychomot.

Et je l'ai récupéré sain et sauf à midi, ravi de son expérience aquatique, "parc'que parc'que la piscine c'est super qu'on peut mettre de l'eau partout partout et qu'on peut même mouiller par terre et que Papa il crie pas comme au bain quand on mouille toute la salle de bain, et que même que mon visage il était mouillé et j'ai pas pleuré !"

Il s'est habillé tout tout seul et tout était à l'endroit (et surtout tous ses vêtements étaient au complet !) !

Et que le lundi, c'est chouette la piscine.

Voilà, je n'ai plus le droit d'être paniquée, mon petit garçon aime la piscine, sera champion du monde de natation et prix Nobel en math ou en physique.

lundi 15 septembre 2014

La Révolte des Machines...

On parle de loi des séries quand un électro pète, puis un autre, et encore un autre.

Moi j'appelle ça une semaine (ou une quinzaine) (ou un mois) de merde.

On est en plein dedans.

D'abord, le lave-linge.

Acheté en mai 2013, je fus super contente de cette machine merveilleuse. Elle peut contenir plus de linge que l'ancienne, elle a des programmes que j'aurais pas imaginé avoir un jour, elle est super étroite et peu encombrante, légère et facile à comprendre, et pour couronner le tout, je l'ai payé pas trop chère car en promo.
Un rêve.
Sauf que, malgré son jeune âge, elle a commencé à déconner en m'empêchant d'ouvrir le hublot une fois la lessive terminée... j'ai dû trouver un subterfuge pour récupérer mon linge.
Ensuite, elle est devenue froide... entendez par là que même à 90°, elle s'est mise à laver tout à froid... mon linge m'était rendu, mais pas très propre...
Après, elle s'est mise à faire pipi à chaque lessive... me forçant à éponger quotidienement (ou presque) ma buanderie (qui, du coup, n'a jamais été aussi propre).
Et pour finir, elle m'a mordue, ou piquée à coup de légères décharges électrique.

A un an et demi, quoi ! Sale gosse ! C'est pas faute de l'avoir bien entretenue et détartrée régulièrement, pourtant !

J'ai donc appelé le SAV, qui m'a envoyé un technicien (cet aprèm), qui m'a annoncé le sourire aux lèvres que le module était mort, que la machine était déprogrammée, et qu'elle n'en faisait qu'à sa tête.
La semaine prochaine, on me change tout ça ! Bon.

La Senséo, vieille de 13 mois, mourut également inopinément la semaine de mon anniversaire.
Sans doute l'eau trop calcaire a-t-elle eu raison de sa jeunesse ? Toujours est-il que j'ai dû en racheter une, parce qu'en promo très pas chère. Mais ça sera la dernière ! Parce qu'à raison d'une Senséo par an, je risque de devenir actionnaire majoritaire chez Phillips, et ça me gênerait de devoir changer de train de vie ! ^^
Plus sérieusement, il est à présent strictement interdit de la remplir avec autre chose que de l'eau minérale !
(nous ne buvons heureusement que 4 tasses par jours)

Et enfin, le décodeur tv, qui à à peine 4 mois, décide à ma place quels programmes enregistrés et vus ont le droit d'être effacés !
Il est tout neuf, et déjà il bugue, le bougre !
Il sera remplacé également, le technicien de la marque m'a assuré que "quand ça déconne, on remplace"...

Les machines commencent tout doucement à se rebeller... il va falloir se méfier, je vous le dis !

vendredi 12 septembre 2014

Au-delà des lunettes...

Bad Baby est donc en deuxième maternelle, et tout se passe comme sur des roulettes.

Il adore sa nouvelle instit, Madame J. Il se plaît dans sa classe. Il aime beaucoup le personnage en peluche qu'elle a créé il y a une bonne vingtaine d'années, et chante sa chanson tous les jours sur le chemin du retour.

Le plus de cette année, c'est qu'il se fait petit à petit des copains avec lesquels il joue dans la grande cour à faire semblant de manger de la terre.
(je me demande s'ils font réellement semblant, parce que vu la couleur de ses joues quand je le récupère...)
Je connais certains des prénoms de ses camarades.
Mais je suis curieuse de connaître ceux qui sont devenus ses copains...

- " je ne sais plus comment il s'appelle, mais il a pas de lunettes."

Euh... oui... mais encore ?

- " aujourd'hui, il avait un pull bleu, et il a pas de lunettes."

J'ai bien dévisagé tous les enfants de sa classe. Aucun d'entre eux ne porte de lunettes, à part une petite fille qui ne les porte pas tout le temps.

- " elle, je ne sais plus comment elle s'appelle, mais des fois, elle n'a pas de lunettes."

C'est trop drôle cette obsession sur des lunettes qui, finalement, n'existent quasi pas. Que la petite fille sorte du lot parce qu'elle est la seule à porter des lunettes, je peux le comprendre, mais le contraire ?

A partir de cet exemple, je me surprends à penser que les adultes pourraient également voir les choses autrement...

" tiens, hier j'ai pris un verre avec Isabelle... tu sais, Isabelle, celle qui est hétéro ?"

mercredi 10 septembre 2014

Quand la horde piétine...

Je me pose souvent une question qui reste immanquablement sans réponse :

Pourquoi les gens veulent-ils toujours être les premiers, et pourquoi, pour ce faire, faut-ils qu'ils écrasent tout sur leur passage ?

J'imagine que c'est une question idiote que personne ne se pose, tant tout le monde est pressé d'arriver le premier, mais moi, j'ai le temps, et franchement, j'en ai marre, mais vraiment marre, de me faire grimper dessus sans arrêt.
Et quand on ne me grimpe pas dessus, on escalade la poussette ET Bad Mini Boy qui est dedans.
Et je vous assure que ça a le don de m'énerver, mais à un point que vous n'imaginez même pas.

Constamment, je me bats dans les bus.
Pas pour avoir une place, non, puisque je reste debout.
Mais pour pouvoir accéder à l'endroit où il n'y a pas de place, justement, sans me faire écraser les orteils (et casser un ongle ou griffer mon joli verni que je viens juste d'acheter), et surtout sans qu'on ne passe sur le corps minuscule de ma Crevette, en risquant de lui crever un œil d'un coup de talon aiguille ou de lui arracher la moitié du visage d'un coup de cabas (c'est malheureusement du vécu).

Parce qu'ils sont comme ça, les usagers du TEC. En place sur les starting blocks le bord du trottoir, ils foncent comme des tarés pour entrer les premiers dans le bus, qui de toute façon ne démarre pas en laissant les plus lents à l'arrêt !
Et non contents d'avoir écrasé le plus grand nombre de pieds possible (il doit s'agir d'un concours, c'est pas possible autrement), soit ils se battent à l'intérieur à coup de "c'est moi le/la plus âgé/e " pour avoir un siège, soit ils stagnent devant la double porte du milieu pour... sortir le premier !!!
C'est hallucinant.
Et je ne vous raconte pas aux heures de pointe !

Ce sont ces mêmes gens perpétuellement pressés que l'on retrouve au supermarché, à pousser avec leur chariot pour que la file à la caisse, bloquée par une vieille qui compte ses piécettes, avance plus vite. Pourtant, s'ils y sont en même temps que moi, càd pendant les heures où les actifs s'activent au boulot, c'est qu'ils glandouillent sont parents au foyer autant que moi, donc ils ont un peu plus le temps, non ?

Depuis la rentrée, à l'école, c'est pareil.
Les parents qui arrivent en voiture veulent TOUS être les premiers à se débarrasser déposer le rejeton. Ils veulent TOUS être garés à 5 cm de l'entrée. Et ils veulent TOUS être les premiers à fuir partir bosser.
Les parents qui arrivent à vélo ne sentent plus leurs mollets tant ils ont pédalé pour monter la côte et tenter d'avoir, au pire, la seconde place.
Les parents qui, comme moi, arrivent à pied, prennent toute la largeur du trottoir pour être certains de ne pas être dépassés.

J'en ai même entendu une (mère) dire à une autre (toutes deux du quartier) : " ah mais nous on est arrivé y'a bien 20 minutes, tu sais " (sous-entendu "c'est à cette heure-là que t'arrive, feignasse ?").
Etrange... 20 minutes plus tôt, on aurait soit zappé le ptit déj, soit on se serait levé avant l'aube... je suis sûre que mes Bad Gnomes me remercieront plus tard de leur avoir laissé le temps de manger des céréales au chocolat en comptant les pétales cassés.

Bref... ou bien les gens sont tarés et vont tous faire un infar avant d'atteindre le terminus pour les uns, l'école primaire pour les autres, soit c'est moi qui vis complètement en dehors du temps, alors que je suis pourtant du style "tout de suite et au plus vite".

Mais qu'est-ce qui rend les gens si pressés/agressifs dès 8 heures du mat ? A cette heure-là, j'émerge seulement, moi...

mardi 9 septembre 2014

Cure de Jouvence...

Chaque matin, les Papas ou/et Mamans peuvent rester en classe jusque 9h.

Et à 9h, tout le monde dehors. C'est plus l'heure des Mamans !

Je reste en général jusque 8h45. Après quoi je tente de récupérer Bad Mini Boy, qui veut rester à l'école et qui s'y plaît beaucoup, et je dégage, non sans avoir fait 150 bisous et autant de recommandations à Bad Baby.

Pendant cette petite demi-heure, les enfants les plus affranchis jouent dans leur coin sans se préoccuper de nous, les plus pleurnicheurs pleurent, et les parents papotent, les uns en tentant d'attirer l'attention du rejeton qui n'en à rien à battre, les autres en tentant de faire taire celui qui braie.
Y'a de l'ambiance, autant le dire. :)

Moi, je papote avec la Maman et le Papa de la petite M, 4 ans et demi.
Et hier, la conversation tournait autour de Bad Mini Boy, qui, à seulement deux ans, en épate plus d'un de par sa joie de vivre et son indépendance extraordinairement indépendante.

- Le Papa de M : " en tout cas, il n'a peur de rien, le ptit, il a l'air d'une vraie canaille !"
- Moi : " c'est clair, c'est le plus remuant des trois. Le premier était timide, le second très angoissé, mais celui-là... ! "
- La Maman de M : " ah vous en avez trois ! Il est en quelle classe, le grand ?"
- Moi, sans rentrer dans les détails : " oh, mais il a 19 ans, lui, il n'est plus chez les petits ! (quoique...) "
- Les deux : " 19 ans ????? Vous avez un fils de 19 ans ?!! "
- Lui : " mais vous l'avez eu très jeune. "
- Moi : " bah non, pas vraiment... 25 ans c'est pas si jeune "
- Elle : " bon sang, mais vous ne les faites pas du tout ! J'aurais dit 15 de moins ! "
- Lui : " bon sang, vous ne les faites pas... un fils de 19 ans ! Ben là !

Hier, je suis rentrée de l'école avec un sourire qui ne m'a plus quitté de la journée !
J'adore aller à l'école !
'Tain, 15 ans de moins, ça me fait 5 ans en moins de mon Bad Boy ! Mouahahaha !

lundi 8 septembre 2014

L'autre apprentissage de la propreté...

L'apprentissage de la propreté, quand on a un gnome, c'est une période incontournable qui vous fait (ou pas, d'ailleurs) vous arracher les cheveux pendant... des jours, des semaines, voire des mois.

Dans le cas de Bad Baby, plus d'une année.

Mais bon, on y est arrivé, il ne met plus de langes que la nuit, et les accidents dans le boxer de petit d'homme, c'est plus jamais.
Ouf.

Maintenant, je lui apprends l'autre propreté. Celle qui est élémentaire, logique, au même titre que "merci", "bonjour", au revoir".

La propreté pendant / après pipi (et autre) !

Parce que je refuse purement et simplement que mes garçons deviennent l'un de ces hommes puants qui sortent leur zob dès qu'ils aperçoivent un arbre, un mur ou un poteau, sur le bord d'un chemin, d'une route ou d'un parking.
Parce que je refuse également de repasser derrière eux pour essuyer le rebord de la cuvette.
Parce que j'exige qu'on se lave les mains après.

J'en vois qui rigolent ! Mais je suis sûre que ça rigole jaune. Parce que c'est du vécu, partout et chez tout le monde.

Bref. Bad Baby fait pipi debout, maintenant.

Donc toutes ces petites choses very importantes, je les lui inculque tous les jours. Jusqu'à ce que ça rentre et que ça devienne un réflexe.

1° on essuie son zob/ses fesses avec papier et/ou lingette que l'on jette dans la toilette/poubelle.
2° on regarde si on ne laisse pas une goutte ou deux sur la cuvette, et si oui, on essuie.
3° on se lave les mains.

Parce que la propreté DOIT être un réflexe.

Si un petit bonhomme de presque quatre ans est capable de comprendre ça, pourquoi donc certains grands ne le comprennent-ils pas ?



vendredi 5 septembre 2014

Ça m'énerffffffff !

La rentrée, c'était lundi. Lundi, ça peut paraître déjà loin, mais pourtant, ça ne fait que quatre jours.

Cependant, il y a déjà un truc qui m'énerve grave de chez grave !

Ce truc s'appelle Thomas.

Il est dans la classe de Bad Baby pour la seconde fois, et déjà l'an passé, il m'énervait grave.

Comment un gamin de trois ans et demi peut-il me mettre dans cet état, me demanderez-vous ?

Parce que depuis l'année dernière, il a le nez qui coule vert !
Mais genre bien dégueu et bien purulent !
Et je suis certaine que c'est cet affreux Thomas qui refile tous ses microbes aux autres, et qui, par la même occasion, envoie mon Bad Baby si fragile à l'hosto !

Bon sang, ils font quoi, ses parents ? Il le laisse tout nu dans le jardin toute la nuit pour qu'il s'enrhume et contamine les autres, exprès ?
Ils ne le soignent donc jamais ?
Ils ne s'inquiètent pas d'avoir un petit garçon continuellement morveux ?
Et ils ne peuvent pas lui apprendre à se moucher, au lieu de le laisser la morve au nez ?

En attendant, seulement quatre jours après la rentrée, Bad Baby a de nouveau le nez qui coule, et se mouche sans arrêt depuis hier.
Et ça m'agace au point que ce soir, j'ai bien envie d'en parler aux parents de Thomas, à la réunion.

Ça se fait, ça, de demander à des parents de soigner leur gamin afin qu'il ne contamine plus personne ?

J'ai des doutes... nous vivons dans une période où nous ne pouvons plus rien dire à personne sans que ça soit mal compris, exagéré et que ça tourne au scandale... va encore falloir mordre sur ma chique.

Jusqu'à ce que...

jeudi 4 septembre 2014

Course contre le Temps...

La rentrée de Bad Baby s'est donc merveilleusement bien passée.

C'est bien simple, je ne le vois plus. Il passe toutes ses journées à l'école !

Par contre, ma rentrée à moi... euh... c'est pas la folle joie, hein !

J'ai dû me réadapter à un rythme que je n'aime pas spécialement. Et réapprendre à courir.

J'ai horreur, par exemple, de me lever pour plonger sous la douche illico. Moi qui aime prendre mon temps le matin, avec un café, un gnome sur les genoux, et des ptites brioches aux pépites de chocolat, ben là, c'est foutu.
6h55, le réveil sonne. 7h05, je suis sous la douche. 7h25, je dois ABSOLUMENT être prête (coiffure et maquillage compris) pour aller réveiller en douceur les deux petits dormeurs.

8h15, les ptits déj' doivent ABSOLUMENT être avalés, dernier pipi, et en route !

Le trajet, dans nos rues qui montent, montent, montent (et qui ne redescendent jamais, étrangement), dure environ 15 minutes... quand on a tout fini de risquer notre vie en slalomant entre les voitures des enc...és qui se garent SUR les trottoirs.

En classe, on a un peu de temps pour faire un dessin ou lire une histoire... les parents doivent être partis pour 9h.

Le temps de remonter (encore) faire les courses, puis filer à la maison faire un peu de rangement/nettoyage/lessive/vaisselle (liste non-exhaustive), de jouer un peu avec Bad Mini Boy, de préparer le repas et de le mettre au lit (le gnome, pas le repas), je respire juste le temps de manger un bout qu'il est déjà temps de lever le mini Gnome et d'aller rechercher l'autre en classe...

Sans compter les rendez-vous chez le dentiste, qui se trouve à l'autre bout de la ville (trois bus pour y aller), mais chez qui je viens de commencer des gros gros travaux de réfection totale ! (non pas pour plaire au François d'à côté, même si les sans-dents sont d'actualité...) ^^

Le premier avantage, c'est que mes cuisses en (re)prennent un coup et fondent comme neige au soleil.
Le second avantage, c'est que je n'ai pas le temps de me regarder le nombril et de dépresser comme la plupart de mes congénères.
Le troisième avantage, c'est que les insomnies liées au stress que me pose le Ptit Con, ben elles ont disparu.

Après Pâques, je recommencerai sans doute à bosser (ou pas), et là, il faudra retrouver un autre rythme, sans doute plus rapide... parce qu'ils seront deux à aller à l'école !

Sérieux, j'en rêve, de la Mini Bad Girl que je n'ai pas eue... mais c'est définitif, elle restera là où elle est... ^^


mercredi 3 septembre 2014

La troisième fois sera la Bonne...

Aujourd'hui, Bad Mini Boy a deux ans !

Il le sait, et il le dit.

Et Bad Baby le crie à qui veut l'entendre, à l'école !

" Aujourd'hui, mon petit frère a deux ans "... et les parents et institutrices de se sentir obligés de le lui souhaiter ! :)

Pour marquer le coup, j'ai (encore) fait un gâteau test.

Le dernier sans doute, je pense que c'est celui-là qui accueillera les invités ce week end !

J'ai donc essayé dans un premier temps, une recette de Mam Bretonne... le résultat était presque beau et très bon !

Dans un deuxième temps, j'ai essayé le gâteau magique dont tout le monde parle... résultat assez étonnant... une pâte très très liquide, une présentation bizarre, un démoulage catastrophique et trois tonnes de vaisselle. Pas beau ni présentable, même si le goût y est... on l'a mangé, mais sans sauter au plafond. Et les trois tonnes de vaisselle, je m'en passerai volontiers.

Troisième test : la recette de Mam Bretonne, mais sans la poudre d'amandes, que j'ai remplacée par du cacao.
Le visuel est très bien, le démoulage parfait... Mais un peu trop chocolaté à mon goût, et peut-être un peu trop cuit...

Je sais ce qu'il me reste à faire pour atteindre la perfection ! :)

mardi 2 septembre 2014

Deuxième Maternelle...

Hier, 1er septembre, c'était la première rentrée des classes officielle de Bad Baby.

Première rentrée officielle, parce que l'an passé, il était rentré en mars, puis était tombé malade, et n'avait finalement pas beaucoup fréquenté les bancs de la maternelle.

Mon Bad Boy avait pris congé, les chaussures, le pantalon et le sweat étaient neufs, le petit garçon était hyper motivé, et la collation était bien dans le cartable.
Même la pluie avait décidé de nous faire une fleur et de ne pas se montrer !

Sur place, mon ptit bonhomme était un peu stressé, mais il nous a laissé repartir sans une grimace, et sans verser une larme.

A midi, il est rentré très souriant avec son Papa, et a voulu y retourner pour l'après-midi. Sans siester !

Et la première journée chez sa nouvelle maîtresse s'est déroulée sans encombres...

Aujourd'hui, il a décidé tout seul de mettre la barre encore plus haut :

il est resté dîner à l'école, à emporter son drap, sa couverture et son Doudou pour la sieste avec les copains, et je ne vais le rechercher qu'à 15h30.
Une première, cette lonnnnngue journée à l'école !
Je suis trop fière de mon ptit bonhomme si timide et angoissé qui fait tout seul des efforts de grand.
Et lui aussi est très fier.

Je ne doute pas que je le récupèrerai souriant, tout à l'heure.

Du moins, je l'espère. :)

vendredi 29 août 2014

Aux fourneaux...

Lorsque nous étions chez Mam Bretonne, Bad Baby a découvert le plaisir de pâtisser.
Il a fait de jolis gâteaux en forme de cœurs, garnis de framboises, qui étaient aussi bons que beaux.

Du coup, j'avais demandé la recette, au cas où que.

Et voilà que l'occasion se présente : l'anniversaire de Bad Mini Boy, deux ans !

Comme j'habite très très loin de mon ancien dealer de gâteaux d'anniversaire, que je ne connais pas de bonnes pâtisseries dans ce coin-ci de la ville, que c'est trop tard pour en tester (je mange beaucoup moins de gâteaux, depuis mon régime de concombres qui tient toujours la route), je me suis dit que j'allais faire ce satané gâteau moi-même.

J'en vois qui rigolent !

Certes, je ne suis pas la plus grande pâtissière du monde.
Je ne suis carrément pas la maman dont tous les gnomes rêvent, celle qui sait faire tout de ses dix doigts, bricolages et pâtisseries !
Mais je sais quand même casser quatre œufs et mélanger de la farine et du sucre !

Forte de ce don inné, j'ai donc fait un premier test le week end dernier.

Les Bad Gnomes m'avaient dit qu'ils voulaient "un gâteau en cœur avec des framboises dedans comme chez mami" ( en langage Bad Mini Boy, ça donne "un tâteau en cœusss avé des famboissses"), j'ai fait un gâteau en forme de cœur avec des framboises dedans comme chez mami...




Il était très bon !
Je me dis qu'avec un peu de déco genre déco de gâteau d'anniversaire, il pourrait passer pour un vrai !

Oui, mais voilà... l'une de nos invitées est allergique aux amandes, et cette recette contient de la poudre d'amandes... Mert ! Flûte ! Caca boudin !

C'est là, et vous remarquerez ma pugnacité, que je me suis dit "montons le niveau d'un cran, et testons ce fameux gâteau magique dont toute la blogosphère parle" !

J'ai tous les ingrédients... je testerai cette seconde recette ce dimanche...

Et nous aurons donc DEUX gâteaux d'anniversaire faits maison !!!

Des fois, je me dis que je suis réellement parfaite. :)

vendredi 22 août 2014

Mon Grand Bébé...

Bad Baby est un grand garçon de presque 4 ans.

C'est pas moi qui le dis, c'est lui. Et avec fierté, s'il vous plaît !

Bad Baby passe son temps à vouloir m'aider, quand il ne joue pas, ou quand il n'est pas occupé à harceler Bad Mini Boy.

Alors je lui file des missions.
Mais pas n'importe quelles missions, hein !
Des missions de la plus haute importance !

C'est ainsi que depuis quelques semaines, c'est lui qui choisit le verni que je vais mettre sur mes pieds.
C'est lui aussi qui me sert d'aide-nurserie, il me prépare les couches n°4 pour changer "le ptit" !
C'est lui que j'envoie à l'étage quand j'ai oublié la paire de chaussons ou le paquet de lingettes.
Il est mon pense-bête quand on fait les courses, parce que j'oublie systématiquement la liste.

Il compte les jours qui le séparent de la rentrée, il est tout excité de rentrer à l'école, et de dire à Mme C qu'il ne mouille plus ses slips depuis longtemps, maintenant. "Et on dira aussi que je suis plus malade, aussi", ajoute-t-il fièrement !

Il s'assoit seul sur le siège du bus, tandis que je reste debout avec la poussette, et il prend lui-même les boules de mozarella quand on fait les courses.  :)

Quand il sera capable de passer l'aspirateur après avoir fait la vaisselle et le linge, je pourrai enfin vernir mes orteils l'après-midi, en sirotant un... euh... je m'égare, là, non ? ^^

lundi 18 août 2014

Petit à Petit, je fais mon Nid...

Cela fera bientôt un an que nous sommes "dans la nouwelle maiwon" .

Et en un an, si on n'a pas beaucoup avancé, on n'a pas reculé du tout. Sauf dans la cour, dont les murs sont redevenus verts, depuis que la pluie est revenue pour ne plus du tout nous quitter.

Tant pis. Ils resteront verts. Et l'été prochain, on tentera de les recouvrir de chaux, tout le monde me le conseille, mais personne n'est venu le faire ! ^^

Soit. Deux pièces ont été repeintes. Les deux plus petites, j'avoue.
La toilette et la salle de bain. La première en deux tons de "Rose d'Antan", la seconde en "sable" et indigo, couleurs présentes sur le rideau de douche.
Les deux sont à présent terminées, tant en peinture qu'en décoration. J'ai terminé hier la salle de bain en trouvant enfin le rideau bleu dont j'avais envie et qui correspondait parfaitement.
Il me manque juste une déco murale, et je pourrai passer à autre chose.

La chambre des Bad Gnomes est quasi terminée. Il nous manque une étagère murale en pin pour y placer les trois tonnes de livres qui encombrent leur commode.
(et une perceuse pour la placer quand je l'aurai trouvée ! )

La prochaine étape sera la cuisine.
J'ai envie d'un gris clair.
Et d'un nouveau recouvrement de sol, l'actuel représentant une horrible pelouse vert pomme dont la locataire précédente était très fière... il paraît que les goûts et les couleurs ne se discutent pas, mais... euh... on en a brûlé pour moins que ça ! ^^

Et cet hiver, j'aimerais qu'on attaque le couloir, actuellement en jaune fatigué et abîmé.
Je n'ai pas encore eu de fulgurance quant à la couleur, mais chaque chose en son temps, je ne doute nullement de mes capacités à choisir, décider et faire faire ! :p

La dernière étape sera de faire un bureau/bibliothèque chaud et accueillant en lieu et place de la chambre du Ptit Con, qui nous quitte donc définitivement jusqu'à sa prochaine lubie.

Voilà de quoi nous occuper... mais qui va piano va... economico.
Photos à venir, bien sûr...

[édit] : peinture cuisine achetée... ça sera Gris Céleste. :)

mercredi 13 août 2014

Une éventuelle vocation...

Inutile de rappeler que depuis le mois de mars, soit depuis SA rentrée scolaire, Bad Baby a été souvent, très souvent, trop souvent malade.

Est-ce que ça a eu une incidence sur sa petite vie ?

Une légère... j'en veux pour preuve son dernier jeu de rôle !

Il prend son petit frère par la main pour faire les courses... avant, il achetait des fruits, ou des légumes, et se rendait pour ce faire à la cuisine.

Aujourd'hui, il se rend dans un coin du salon, à la pharmacie, où il demande bien poliment du sirop, des suppo et des petites pilules !

Il joue aussi au docteur, parfois.
Et il est devenu fan de "Docteur la Peluche" ! :)



mardi 12 août 2014

J'avais 20 ans en 14-18...

Liège organise, dans le cadre du centenaire de la première guerre mondiale, deux expositions.

" J'avais 20 ans en 18 "
" Liège dans la tourmente"

Et ce week end, en famille et entre amis, nous avons fait la première.

J'en avais lu ceci : "Cette exposition aborde la guerre dans son ensemble en évoquant à la fois les origines du conflit, le contexte géopolitique, les protagonistes, l’invasion, l’Yser et les tranchées, la médecine, les expressions artistiques ou encore les conséquences politiques, économiques et sociales. Le parcours se veut à la fois chronologique et thématique. La chronologie (Le pays envahi - Le pays occupé - Le pays libéré - Le pays transformé) s’insère dans une structure correspondant à différents angles ou points de vue tantôt liégeois tantôt mondiaux."

Et bien nous n'avons pas été déçus.

Des documents, des centaines d'objets d'époque ayant appartenu à des civils ou à des Poilus, des reconstitutions très réalistes qui vous glacent les sangs... tout y est pour passer un super moment culturel.
J'attends de faire la seconde expo avec impatience.

Le bémol : ce n'est pas l'idéal pour des petits de 4 ans et 2 ans. Évidemment. Mais je ne pouvais pas les laisser à l'entrée ! ^^

Cependant, certaines choses ont titillé la curiosité de Bad Baby. Par contre, j'en ai évité d'autres, trop hard pour des petits bouts qui ne savent même pas ce que "faire la guerre" signifie. :)

Mon avis, donc : à voir et à revoir.

lundi 11 août 2014

Excès de méfiance et Amitié...

Je connais quelques filles.

J'ai des potines ou des copines, des filles avec qui je me suis marrée mais que je ne vois plus, des filles qui ont été les compagnes de potes mais qui ne sont plus d'actualité, des nièces marrantes ou de lointaines belles-soeurs, des connaissances ou des anciennes collègues, des camarades de classe qu'on croise une fois tous les 25 ans...

Mais je n'ai pas d'amie(s).

J'en ai eu. Avec les coups de poignard qui vont avec. Et après une overdose de mesquineries, j'ai dit "stop, plus de filles dans mon entourage, ça craint de trop !"

Et je m'y suis tenue.

25 ans.

Et puis j'ai eu une copine de jeu virtuelle, qui un jour est devenue réelle.
Elle est venue une fois. Puis une deuxième fois. Puis une troisième fois avec ses gnomes à elle, pour un week end enfantin. Puis elle est revenue avec son aîné pour un week end pseudo-culturel et amusant malgré mes migraines persistantes.
Et puis elle est repartie et y'a comme un vide depuis hier soir.

Je crois que je peux dire à présent que j'ai une amie...  :)

mardi 5 août 2014

Le Grand Frère...

Prendre sa douche, lorsqu'on a deux Bad Gnomes dans les pieds, pourrait relever du défi quotidien.

Et même s'il est vrai qu'en semaine, je reste un peu moins longtemps sous la douche que le samedi et le dimanche, quand mon Bad Boy est là pour surveiller le terrible duo, j'avoue que ce moment n'est vraiment pas le pire de la journée. On a instauré un ptit rituel, ils connaissent les consignes, et tout se passe bien.

Je les installe dans leur chambre, porte ouverte, mais barrière de sécu bien fermée. Ils ont accès aux "jouets d'en haut" (vs les jouets d'en bas, qui sont au salon), aux livres, aux doudous, aux sucettes, à tout ce qui peut les amuser, les occuper, les rassurer. Rien de dangereux dans leur domaine.

La douche est à côté, et de la façon dont c'est agencé, je peux même surveiller un coin de leur chambre en regardant dans le miroir.
Et les quelques minutes se passent ainsi, dans de joyeux babillages, parfois une dispute, mais rarement.

Ce matin, alors que je sortais de l'eau, je les ai entendus rire sous cape.
Sur la pointe des pieds, je suis allée voir...
Ils étaient tous les deux installés dans le lit de Bad Baby, sous la couette, se refilant à tour de rôle la sucette de ce dernier, comme on fait tourner un joint ! ^^
J'ai souri, je suis repartie vers la salle de bain, et j'ai crié "vous faites quoi les loulous ?"

- "On fait dodo, mais (Bad Mini Boy) n'a pas sa sucette, alors il prend la mienne !"
- "Tu peux lui donner, elle est attachée à son sac (turbulette) !"

Bruits de pas... puis plus rien... je suis retournée voir sur la pointe des pieds...
Bad Baby rendait sa sucette à son petit frère, resté allongé, et se recouchant à côté, il lui glissa un "je t'aime, fais dodo"...

Ça, c'est une journée qui commence bien... ♥

lundi 4 août 2014

Vilain petit canard...

Quand j'étais petite, j'étais un véritable petit garçon manqué.

Toujours perchée sur mon vélo (un Torpédo, le seul de la rue qui freinait d'un coup de pédale en arrière), habillée à la va-comme-j'te-pousse d'un short sans forme et d'un t-shirt sans couleur, je défiais les gamins du quartier en me prenant pour la fille cachée d'Eddy Merckx.

Plus tard, j'ai rencontré celle qui devait devenir ma meilleure amie jusqu'à nos 18 ans... je la trouvais plus belle, plus intelligente, plus intéressante, surtout avec son appareil dentaire et ses lunettes, artifices qui me faisaient mourir de jalousie, moi qui n'y avait pas droit !

Ado... je me suis "déguisée" en punkette new wave, manière de passer inaperçue... raté. Dans le ptit bled ardennais où j'habitais, on ne voyait évidemment que les trois ou quatre déjantés coiffés comme Robert Smith.

Adulte... bah... j'ai commencé à me féminiser /situer dans une moyenne tout à fait honorable, mais sans plus, n'étant toujours pas accro du miroir, ni très narcissique. :)
J'ai eu un beau petit garçon, qui, heureusement pour lui, ressemblait à son père, dixit une vieille peau amie de mon beau-père de l'époque. Je n'ai d'ailleurs jamais compris le pourquoi de cette méchante phrase, mais qu'est-ce qu'elle m'a perturbée...

Et le temps a passé...

Depuis que Bad Baby est né, tout le monde porte aux nues ses magnifiques grand yeux bleus, les comparant en toute logique à ceux de son papa.
Et puis nous avons déménagé, et j'ai eu une salle de bain plus lumineuse que toutes les précédentes.

Et là, la révélation !

Un matin, en me maquillant, je me suis aperçue que mes yeux étaient aussi très beaux.
Pas bleus, mais très beaux.
Que leur forme avait la forme des yeux de Bad Baby.

Bad Baby a donc en fait les magnifiques yeux de sa maman, avec la couleur de ceux de son papa !
Et le Papa en question a confirmé, comme si c'était une évidence, que "ben oui, t'as d'beaux yeux" !

Voilà qui change la donne !

Depuis, et bien... je ne me trouve pas si moche que ça, et mes yeux sont vraiment beaux. :)


samedi 2 août 2014

L'Un et L'Autre...

22 mois séparent nos deux Bad Gnomes.

Mais pas que...

Autant l'un est un angoissé permanent, plutôt couillon et en tout cas pas capricieux et assez obéissant, autant l'autre est un électron libre prêt à faire le tour de la terre en enchaînant toutes les conneries possibles et imaginables. Mais jamais sans son Doudou.

Cependant, le premier ayant ouvert la voie à son cadet, ça nous facilite quand même la vie.

A commencer pour le langage.

On a ramé grave pour comprendre Bad Baby, qui, bien que très intelligent (il savait quand même compter à 20 mois et connaissait les chiffres et l'alphabet pour ses deux ans), avait vraiment du mal pour la prononciation.
Il aura fallu attendre 3 ans avant qu'il prononce correctement les R ! ^^

Mais aujourd'hui, on a le décodeur pour comprendre Bad Mini Boy, qui cause toute la journée !

Bad Baby se permet même de corriger ses fautes, c'est dire ! :p

Pour la propreté aussi, nous avons ramé grave. D'ailleurs, s'il tient la journée sans lange, Bad Baby a quand même parfois encore des accidents, et les couches sont de rigueur pour les siestes et les nuits. Encore.

Donc Bad Mini Boy, qui imite tous les faits et gestes de son aîné, s'essaye au pot, et avec succès (depuis hier, en fait) (qui va piano va sano) !
L'élève serait même capable de dépasser le maître !

"Et moi aussi" est le leitmotiv de Bad Mini Boy. Plus de différences donc entre les deux. Si l'un mange une banane, l'autre aussi. Si l'un boit au gobelet, l'autre aussi. Si l'un veut un livre, l'autre aussi. Et aussi ainsi de suite !

Quant à nos déplacements, ils se font à pieds, autant que faire se peut. Bad Mini Boy veut marcher en donnant la main comme son frère.
J'essaie de supprimer peu à peu la poussette de Bad Mini Boy de notre vie. Il devient lourd, et notre rue étant en pente raide, je meurs à chaque fois que l'on rentre.
Il va juste falloir que je m'organise autrement pour les courses (le panier de ladite poussette est quand même hyper pratique)...

Oui, finalement, ça facilite la vie. Vivement la suppression totale des langes !

dimanche 27 juillet 2014

A toutes petites doses...

Le week end passé, nous sommes retournés dans mon Ardenne Natale.

Partis sous un ciel bleu et un soleil de plomb, nous sommes arrivés sous un ciel gris et plombé, comme d'hab...

Oh pas longtemps. Une demi-journée, une nuit, une demi-journée. Moi, ça me suffit amplement. Plus, c'est au-dessus de mes forces.

Et nous avons eu l'occasion d'aller à la campagne. La vraie campagne. Celle où il n'y a que des champs, et des vaches, et pas de circulation, et des mouches. Des centaines de mouches. Des milliers de mouches.

Des mouches sur la bouffe, des mouches sur le bébé, des mouches dans les boissons, des mouches dans les cheveux, des mouches à te rendre dingue de dégoût !

C'est là que quand je rentre dans ma grande ville dite polluée, je me sens bien et je respire.
Même la bouche ouverte, sans gober de mouche !

Et c'est dans le coin de ma ville plus vert que les autres coins, que j'aime vivre au calme, et profiter de ma petite campagne citadine à moi...à moins de 200m de la maison :




vendredi 25 juillet 2014

Bad Gnomes en train...

Le 02 juillet, nous sommes donc partis dans la Bretagne (presque) Natale de mon Bad Boy.

Avec les deux Bad Gnomes.

Les deux Bad Gnomes qui sont donc âgés de 22 mois et de 3ans1/2.

Qui ne sont donc plus tout à fait des bébés (donc exit le porte bébé pour soulager nos vieux dos), mais pas encore de grands garçons bien autonomes.
Mais comme nous partions en train, exit aussi la poussette et le surplus de bagages.
Une valise à roulette pour nous quatre, un sac à dos pour la bouffe, les changes, et les activités, un petit sac à dos pour les bibi d'eau et les encas.
Et puis c'est tout ! Prendre plus relève de l'inconscience, et non de la bravoure.

Parce que Liège-la Bretagne Natale, c'est 900km, 9heures de train bondé jusqu'à Rennes, un changement à Paris et un trajet en taxi entre les deux gares parisiennes.
Avec deux gnomes debout depuis 7h du mat. Dont un qui est plus habitué à la poussette qu'à donner la main.
Rien que ça.

Les plus :

- exceptionnellement, SNCB et SNCF étaient à l'heure !
- pas besoin de trop de linge car possibilité de laver sur place !
- nous avons la chance d'avoir deux gnomes plutôt faciles !
- pas de file pour attendre un taxi, on est prioritaire sur tout le monde (sauf sur les PMR, bien sûr), avec deux petits enfants !

Les moins :

- il faut occuper les deux gnomes TOUT LE TEMPS du voyage, parce qu'ils ne dorment JAMAIS pendant un trajet, quel qu'il soit, quelle que soit sa durée !
- les trains sont hyper mal équipés pour les familles avec petits enfants !
- les gares parisiennes sont horribles pour attendre une correspondance !
- la SNCF est une vraie malade mentale quand elle te demande 4,80€ pour un coca !!!!
- les Français ne savent décidément pas servir un café ! On a droit à une tasse minuscule, sans lait, sans sucre, sans le sourire ni l'amabilité, et le tout pour 3€ (quand on a de la chance) !
- y'a toujours un imbécile qui te dit que tu lui as piqué sa place alors que c'est lui qui se trompe de voiture !

Le conseil du mois :

- faites le plein de stickers si vous partez avec des minis mômes ! Ils en collent partout, et ça les occupe pendant des heures !
- laissez votre mini-vous se balader un peu dans les allées du train, le forcer à rester assis n'entraîne que des ennuis.

Bad Baby, accro à ses livres (collection Monsieur Madame) et à ses coloriages, n'a pas bougé d'un poil, s'est fait une copine de voyage en la personne d'une dame d'entre deux âges, super sympa, et a grignoté pas mal en collant des dinosaures un peu partout dans le TGV et le Thalys.

Bad Mini Boy a réussi à se tenir en place quelques heures, en collant lui aussi à tout-va, mais a apprécié qu'on le laisse marcher de long en large dans le wagon, distribuant ses sourires à gauche et à droite.

Nous... on aurait vraiment, mais alors vraiment, aimé dormir ne fût-ce qu'une petite paire d'heures ! :)

Le retour fût un peu plus mouvementé, ils étaient morts fatigués, bronchiteux et pressés de quitter ce foutu train, mais en gros, deux longs voyages nikel.

L'an prochain, on espère ne plus avoir d'épisode "langes à changer"... ça nous enlèvera une épine hors du pied.

Ma conclusion : SNCB/SNCF, ça ne nous donne vraiment pas envie de voyager, parce que c'est très très très cher et très inconfortable. Dommage qu'on n'ait vraiment pas le choix...

jeudi 24 juillet 2014

Mortel ennui...

Voilà neuf jours que nous sommes rentrés en Gelbique, et quatre jours que nous sommes revenus de mon Ardenne Natale.

Ouf.

Tout va pour le mieux. Enfin, pour les Bad Gnomes. Moi, je suis légèrement indisposée, voire complètement indigestionnée, depuis trois jours, mais je survivrai. Je crois.

Les Bad Gnomes, donc, ne toussent plus. Leurs nez commencent à s'assécher. Les colères se sont taries, et la fatigue, si elle est encore là, ne joue plus trop sur leurs humeurs.

Ouf.

Mon Bad Boy a repris le boulot, il me faut donc les occuper seule.

Entre deux vomissements.

Bon. Et bien soyons réaliste. La ville de Liège n'offre RIEN de bien concret pour occuper des gnomes de deux à cinq ans.
RIEN.

Je ne trouve aucune activité en plein air à faire avec eux.
On ne propose que des stages de vacances, auxquels il aurait fallut les inscrire fin juin, qui coûtent la peau des fesses (85€/4jours sans le goûter pour un gamin de 3ans 1/2, ça le fait moyen, surtout pour des bricolages à la con) et où j'aurais dû les laisser seuls (càd sans moi), ce qui est encore bien au-dessus de mes forces.

Pas de spectacles en plein air.
Pas de plaines de jeux dignes de ce nom, à part la petite du quartier.
Pas de chouettes trucs à visiter (même si notre ville regorge de trucs historiques, mais j'estime qu'ils sont un peu jeunes pour passer un mois à visiter églises et cathédrales ou ruines et remparts), ils ont même supprimé le concept "la ferme en ville", qui était plutôt sympa.
RIEN.
A moins de faire des kilomètres vers la campagne. Autant retourner dans mon Ardenne Natale et se faire bouffer par 3000000 mouches, quoi.

Du coup, ben on se balade dans les coins qu'on connaît déjà. Mais ça devient lassant.
Et rester à la maison tous les jours, c'est lassant aussi.
Vous faites quoi, vous, avec vos gnomes, en ville, quand celle-ci n'est pas du tout attrayante pour les tout-petits, et qu'il fait entre 28° et 30°.
(la piscine avec les deux, ce n'est pas possible si je suis seule)

lundi 21 juillet 2014

Au Zoo...

Et sinon, que faut-il pour rendre deux Bad Gnomes heureux ?

Une Mamy qu'on ne voit pas souvent, certes.

Et des animaux.

Les mêmes que dans les livres d'images...

C'est ainsi que Mam Bretonne nous emmena au zoo.

Les singes, les girafes et les énormes tortues sont le tiercé gagnant !

Mais encore aujourd'hui, ils parlent des perroquets de toutes les couleurs, des otaries qui plongeaient dans la piscine et qui faisaient bravo, ou encore du zèbre, des éléphants, des crocodiles et des antilopes...

Nous, ce sont ces deux-là qui nous ont fait rire :



vendredi 18 juillet 2014

Triste retour...




Les vacanciers disent que la Bretagne, ça craint, à cause du climat disons... humide.

Les Bretons rétorquent qu'ils ont lancé cette légende pour avoir la paix en été.

Moi je dis que cette année, comme l'année dernière, son climat humide craint réellement pour mes fragiles Bad Gnomes, qu'il y fasse 32° ou 19° !

Après des semaines de rudes combats contre la fièvre de Bad Baby, la pharyngite de Bad Mini Boy, les toux, les nez qui coulent et toutes les autres catastrophes naturelles virales et bactériennes, j'étais parvenue à soigner mes deux petits pour qu'ils partent bien guéris en vacances.

Ils sont revenus avec une bronchite.

Et colériques.

C'est tout ce que je peux dire pour le moment, je suis épuisée et complètement découragée. J'ai l'impression qu'on a échangé mes gentils petits diables contre d'affreux sales gamins qui ne décolèrent pas depuis deux jours.
Je suis fatiguée de courir les médecins et les pharmacies, et sur les nerfs devant leurs soudaines explosions de colère. Et ils doivent certainement en avoir autant marre que moi, ce qui les rend plus nerveux.
Pour un oui ou pour un non, ça pète dès le lever.

Demain matin, c'est l'ORL pour Bad Baby. Pour ses végétations, et trouver une solution pour contrer tous ces rhumes à répétition.

Demain après-midi, on repart vers mon Ardenne Natale.

Après, JE NE BOUGE PLUS !!! Et je réinstaure nos bonnes vieilles habitudes.

J'avais deux petits garçons charmants. Turbulents parfois, mais charmants. Et je veux les retrouver.


mardi 24 juin 2014

Semaine de merde...

Gastro.
Pharyngite.
Sinus infectés, liquide derrière le tympan de l'oreille droite (pour moi).
Antibiotiques.
Antipyrétiques.
Diarrhées.
Vomissements.
Températures élevées.

Cela dure depuis vendredi.
Et ça commence à me gonfler grave.
Je ne supporte plus voir mes petits aussi faibles.
Je ne supporte plus de les faire pleurer à cause d'un thermomètre, d'un suppo ou d'un sirop.
Je ne supporte plus mes nuits de trois heures passées à veiller l'un ou l'autre alors que je ne tiens pas debout moi-même.

Le médecin m'a dit en souriant "s'ils avaient été à la crèche, vous auriez connu ça plus tôt, et là, ils seraient tranquilles"... N'importe quoi ! Plus tôt ou plus tard, qui aime voir ses bébés constamment malades ?

Ma semaine est bloquée, je ne peux pas les sortir et personne pour les garder, j'ai plein de trucs à faire en ville pour préparer les vacances, à commencer par acheter une valise ! Le week end est compromis , mais surtout, et c'est le pire, Bad Baby risque de rater sa fête des enfants à l'école !

Je suis enragée.

Le seul point positif, c'est ma coiffeuse géniale qui est venue ce matin à domicile.

vendredi 20 juin 2014

Et vogue la galère...

Ce vendredi matin, Bad Baby s'est levé avec le lange sec de chez sec !
J'étais extrêmement fière et contente. Je l'voyais déjà propre la nuit, tiens ! Enfin !

Mais à 10h, on m'a appelée de l'école pour que j'aille le rechercher, il avait vomi tout partout (et sur lui en particulier) (puis sur moi peu après être rentré).

Diète. C'est le mot d'ordre du docteur. Et hydratation par petites cuillerées...

Gastro. Le mot est tombé tel un couperet.

Gastro, ça veut dire recommencer à vivre dans les odeurs de diarrhées, alors que depuis seulement 24 heures, on était tranquilles avec Bad Mini Boy.
Gastro, ça veut dire remettre des langes, alors qu'on commençait enfin à s'en passer !
Gastro, ça veut dire se battre avec Bad Baby pour lui faire avaler du riz...
Mais gastro, ça veut dire aussi contagion à tous les étages !
Super !
Bad Mini Boy va y repasser, moi aussi, et mon Bad Boy suivra sans doute...

Virus, grippe, hospitalisation, rhumes, gastro... tout s'enchaîne depuis le mois de mars. Ça ne s'arrête  donc jamais !?
Et ce depuis que Bad Baby est entré en maternelle !

Il ne manque que la varicelle et les poux pour compléter le tableau !

J'en ai marre.
Ça pue.
J'en ai marre.
Ça pue.

Allez, plus qu'une semaine, et l'école est finie...

J'en ai marre. Ça pue !