lundi 14 novembre 2011

Je suis une Connasse avec Poussette...

" (...) il y a déjà ceux que l’on croise dans les transports en commun (...) la connasse avec sa poussette qui déjà n’envisage pas une seule seconde qu’elle pourrait la plier, mais qui surtout n’hésite pas à rouler sur tes escarpins beiges neufs (...) "

Hum...

Cette Connasse en question, ça pourrait être moi, revenant des courses avec Bad Baby, par exemple.
Si je reviens effectivement des courses, le panier situé en-dessous de la poussette est certainement plein de victuailles. C'est d'ailleurs très pratique, ce panier, quand on n'a pas de voiture, et qu'on doit absolument ramener des boissons.
Donc, la poussette, avec son panier chargé, y'a pas moyen de la plier.

Ensuite, si je me permets de prendre le bus avec ma poussette (bus que je paie, soit dit en passant, comme tout un chacun), c'est que j'ai certainement plus d'un arrêt à faire, que Bad Baby fatigue et a pris assez l'air, ou que, ayant bossé toute la matinée, je n'ai pas trop envie de me taper deux kilomètres à pied.
Mais bon, la Connasse à Poussette n'a pas besoin de se justifier, le bus est accessible à tous, non ? D'autant qu'il y a des espaces prévus pour les poussettes... sauf quand des jeunes connes les squattent sans daigner bouger leurs grosses fesses de feignasses.
Combien de fois n'avons-nous pas laissé passer un, deux, voire trois bus pleins ou presque, parce que personne ne daignait s'avancer vers le fond ?

Pour finir, pour plier une poussette dans un bus qui redémarre aussi vite, et qui est très certainement bondé, il faut être non seulement rapide, mais vachement habile/agile (limite équilibriste), parce que replier une poussette en tenant dans ses bras un bébé et en se tenant en même temps à la barre du bus pour s'empêcher de tomber/écraser le voisin/tuer son bébé, il faut le faire!
Il n'y a qu'une gamine de merde égoïste et sans mouflet pour exiger le pliage d'une poussette dans un bus.
Sans compter le dépliage tout aussi acrobatique trois arrêts plus loin... ^^

(t'façon, je sais pas la plier, ma poussette, c'est le boulot de mon Bad Boy)

Quant aux escarpins neufs écrabouillés... j'avoue, j'ai dû le faire une fois ou deux, après avoir crié trois fois "PARDON"  à la pétasse devant moi qui, sous aucun prétexte, n'avait l'intention de céder sa place juste devant les portes du bus.

Ah... mais les portes-bébé, c'est pas fait pour les chiens, me direz-vous ! Sauf que quand le bébé a un an (et qu'il ne marche pas encore), le porte-bébé il est trop petit. Et qu'un abonnement de bus revient moins cher qu'un nouveau porte-bébé qui servira 2 mois (parce que le bébé marchera, un jour...)

Faut pas croire, c'est la jungle, là-dehors. Chacune étant la Connasse d'une plus Conne encore.
Mais on fait c'qu'on peut, ma pôv' dame, et pas toujours c'qu'on veut !
Alors quand une purge de première se plaint des poussettes dans les bus en râlant la minute d'après sur les automobilistes qui lui coupent la route quand elle est en bagnole, j'ai envie de lui dire :
" hé, la pouf, tu f'rais pas ton trajet dans ta voiture, manière de laisser ta place dans l'bus à ceux qui ne peuvent faire autrement !? "

Nonmého, des fois, j'te les claquerais, ces dindes !

Fort heureusement, le bus, c'est aussi de belles rencontres, et de chouettes échanges.

Aucun commentaire: