lundi 22 août 2011

Voisine Chieuse... phase 1...

Notre nouveau nid d'amour est une maison mitoyenne, située dans une rue plus ou moins calme dont toutes les cours (ou tous les jardins) donnent sur la rue. Cours / jardins privés, bien entendu .
Bref, le genre de rue dans laquelle j'ai grandi... le genre de rue où tout le monde connaît tout le monde, où chacun se fait signe ou se dit bonjour, le genre de rue qui grouille d'enfants et de ptits chiens, de familles nombreuses ou pas, de couples de ptits vieux ou de ptites vieilles veuves.
Une rue tranquille comme il en existe des cents et des milles dans toutes les grandes villes, un peu retirée du centre-ville bruyant, mais pas si loin quand même.
Un peu à l'image d'un ptit bonheur pépère, sans ressembler pour autant à Melrose Place ni à Wisteria Lane (nous sommes des gens simples, nous).

A notre gauche, on ne sait pas qui habite là... depuis un mois que nous sommes là (+ un mois de travaux), nous n'avons encore vu personne, et les deux voitures stationnées dans la cour n'ont pas bougé d'une roue.
A notre droite, une famille (nombreuse) de Paki. Avec deux (ou trois) ados, 5 ou 6 poules et 1 coq.
Les poules caquettent toute la journée (et nous on complote à propos du menu du soir, coq au vin ou poule au pot?), quant aux humains, on ne les voit pas avant 17h environ.
Et quand je dis humains, je ne parle que des ados, qui passent leur temps à taper dans une balle dure avec des planches de bois battes (cricket, que ça s'appelle, paraît que c'est un sport national, chez eux).
Pas de quoi fouetter un chat, quoi.
Sauf que...
Leur balle tombe continuellement dans notre cour.
Pas grave, me direz-vous.
Sauf que...
Sauf que ce sont des ados, et non plus des mômes de 4 ans qui font ça accidentellement, donc ils ont au moins 16 ans, et j'estime qu'ils sont en âge de comprendre qu'à présent la maison n'est plus vide, que la cour est privée, et qu'ils n'ont pas à pénétrer chez nous comme s'ils étaient chez eux.
Je suis du genre chacun chez soi, je ne me mêle pas à ta vie, ne te mêle pas à la mienne.
Notre cour (6,80mX5,50m) est vide, pour le moment.
Mais elle sera un jour aménagée pour que nous puissions y bronzer, ou y dîner, pour que Bad Baby y joue au ballon ou à vélo... bref, c'est un endroit privé, entouré d'une grille et d'une barrière que n'importe qui n'a pas le droit d'ouvrir.

La fenêtre du living donne sur la cour. Et le soir, à la lumière, ces intrus me voient en petite tenue (ou en pas de tenue du tout) quand ils viennent récupérer leur balle.
Je suis chez moi, et en droit de me balader à poil ou pas.

Bref, hier soir, je les ai surpris et tancés... j'ai expliqué tout ça calmement.
Et je ne suis pas sûre qu'ils aient compris.
A leur yeux étonnés, je pense que j'ai été cataloguée direct de chieuse, voire chiante.

Mouais.
Mais j'ai pô envie de sortir tous les soirs pour attacher la grille avec un cadenas.
Parce que nous habitons une maison, pas une prison.
Parce qu'ils n'ont qu'à comprendre que moi, je ne vais pas chez eux dès que l'envie m'en prend (et elle me prend souvent, quand je pense à assassiner une de leurs poules).

Donc voilà. Après un mois, j'ai mes premiers ennemis.  :)
Je me demande vraiment qui sont les voisins de gauche...  ^^

Aucun commentaire: