samedi 16 septembre 2017

Un mois et demi que je n'étais pas revenue par ici.
Et là, rien qu'aujourd'hui, je viens pondre deux billets ! ^^

Mais c'est la faute d'Emma June, qui m'a taguée sur son blog ! Et comme je n'ai jamais été taguée auparavant, et bien j'ai décidé de jouer le jeu et de répondre honnêtement aux quelques questions posées. :)

- Présente-toi en quelques mots, combien as-tu d'enfants ? Quels sont leurs prénoms ? Quel âge ont-ils ?

La présentation sera rapide, je ne sortirai pas de mon anonymat. Je m'appelle donc Vanette, c'est le surnom que mes sœurs me donnaient, enfant. J'ai un peu moins d'un demi siècle, et trois garçons : Tica, 22 ans, Tutus, presque 7 ans, et Wicosh, 5 ans et 12 jours !
Ces trois noms sont ceux donnés par Bad Baby (Tutus) à ses frères et lui-même quand il commençait à parler. :)


- Avant de connaître officiellement le sexe de ton enfant, le connaissais-tu déjà au plus profond de toi ?

Non, sauf pour Bad Mini Boy, le petit dernier, j'étais persuadée que j'aurais une fille, la grossesse était tellement différente des deux autres... Raté ! ^^

- Maman au foyer ou maman au travail ?

Maman au travail. Ceci dit, je suis restée maman au foyer jusqu'à janvier 2016. Je n'avais aucune envie que mes deux petits derniers soient gardés par une ou plusieurs inconnues. Nous ne sommes pas originaires d'ici, et ne connaissons personne. Hors de question pour moi de les confier à une gardienne, une babysitter, ni même à une crèche.
A l'époque du Ptit Con, c'est maman qui s'en occupait. Les premiers mois de Bad Baby, c'est mon Bad Boy qui était papa au foyer.


- As-tu un objet ou quelque chose de symbolique faisant référence à tes enfants qui ne te quitte jamais ?

Non, à part leur photo en fond d'écran de mon smartphone.
Ah si ! J'ai des vergetures. Elles sont là pour me rappeler que eux sont là ! :p


- As-tu déjà vécu une situation où ton instinct de maman a pris le dessus ?

Non... ou peut-être oui, dans les bus. Quand les gens foncent comme des malades pour avoir une place assise et qu'ils n'en n'ont rien à foutre que ton petit soit à hauteur de leurs sacs ou de leurs bottines. J'ai déjà gueulé plus d'une fois. Et toujours sur des vieux. Les vieux, c'est une catastrophe, dans les bus. Ils pensent que leur âge leur permet tout. On devrait leur en interdire l'accès ! ^^

- Fais-tu partie de ces mamans qui ont gardé leur test de grossesse ? 

J'ai les trois tests. J'ai les bouts de cordons, tombés après quelques jours. J'ai toutes les dents de lait (enfin, pas encore celles de Bad Mini Boy, mais ça va venir). :))

- As-tu du mal de te séparer des affaires de tes enfants ?

Non. Aucun mal. Ce qui ne sert plus, je m'en débarrasse. Je jette, je donne ou je vends. Je garde des dessins. Et j'ai gardé le doudou du Ptit Con... je garderai les deux autres quand ils n'en n'auront plus besoin.

- Un achat qui te trotte dans la tête depuis quelques temps mais que tu n'as pas encore fait ?

Une maison... notre vrai chez-nous... un jour... peut-être.

- On dit souvent que pour un premier enfant, on a du mal à acheter d'occasion. As-tu réagi différemment pour ton deuxième ?

J'ai eu deux fois un premier enfant... le tout premier en 1995, le second en 2010... donc j'ai dû acheter du neuf pour ces deux-là... en 1995, on n'achetait pas en seconde main. Ou alors on récupérait de la famille. Moi pas.
Le troisième a récupéré des trucs de son frère, mais par contre, je ne lui ai pas acheté de landau / poussette, je l'ai porté... donc écharpe neuve.
Maintenant, je leur achète équitablement du neuf à tous les deux, même si le ptit porte des vêtements intacts de son frère.


- Un fait marquant depuis la naissance de tes enfants à nous raconter ? Qu'il soit heureux ou un peu moins...

Euh... ? Des faits marquants, il y en a tous les jours ou presque. Un incident, une phrase drôle, une blessure de guerre, des émotions, des angoisses, un apprentissage, une victoire... leurs trois naissances...

- As-tu déjà nerveusement craqué depuis que tu es maman ?

Oui. Et celle qui répond "non" est soit une grosse menteuse, soit elle vient d'une autre planète.

- Voulais-tu plusieurs enfants avant d'en avoir ? Ton avis a-t-il changé depuis ?

Ahahaha ! Je n'en voulais pas ! Aucun ! Zéro ! Nada !
Le Ptit Con a été conçu sans qu'on s'y attende. Je prenais la pilule et savais très bien que je ne ferais pas ma vie avec son père... la pilule, et cette arnaque du 1% ! ^^
Les deux Minis Bad Boys étaient quant à eux des évidences.


Voilà... j'ai fini cet interview. Je suis restée moi, tout en restant anonyme. A mon tour de taguer... mais je ne sais pas qui passe par ici, à part Emma et Miss Zen... à toi donc, Miss Zen, je te passe le flambeau. ;)

vendredi 15 septembre 2017

Vite, aux nouvelles...

Bad Mini Boy est désembroché. :)

Le 25 août, nous avions rendez-vous pour une radiographie décisive : soit on enlevait les broches, soit on remettait un plâtre.

Radio positive, on l'a donc réopéré vers 14h pour enlever les broches, et à 17h, nous étions à la maison ! \0/

Le dernier rendez-vous radio & orthopédiste sera le 22, mais je ne me tracasse pas, Bad Mini Boy a repris l'école normalement, il réécrit et redessine de la main droite, et tout ça n'est plus qu'un mauvais souvenir. Il a repris les cours de natation sans problème.

Le 3 septembre, il fêtait ses 5 ans avec ses meilleurs copains, ceux qui l'accompagnent depuis la classe d'accueil.

La rentrée des classes s'est super bien passée... l'un a joué au héros avec son coude légèrement bandé, et l'autre joue au ptit génie de presque 7 ans... d'ailleurs on doit le considérer comme un adulte, 7 ans, c'est l'âge de raison, c'est Madame qui l'a dit. ^^

Ma rentrée aussi, s'est bien passée. Le nouveau job me convient bien, et j'ai l'air de convenir au nouveau job... tout va donc pour le mieux.

J'ai passé le cap de mon anniversaire avec les gens que j'aime (moins un, mais match à remettre dans deux ans, pour le chiffre rond), ça faisait 8 ans que je n'avais pas fêté ça dignement.

Huit ans. C'était également notre anniversaire, à mon Bad Boy et moi. Tout roule... on repart pour huit de plus ! ^^

L'automne est enfin là... mais un peu trop pluvieux à mon goût.
Qu'à cela ne tienne, ça sera raclette(s) ! ^^
Bon, on s'était promis une journée de septembre à la mer, mais pour le moment, on n'a pas trouvé une seule journée libre pour le faire... à suivre.

Le temps... il manque, pour le moment. Et quand j'en ai un peu, je suis trop naze pour en profiter, assommée par un état grippal, déjà...

J'ai des semaines de lectures bloguesques en retard... il me faudrait faire des listes de choses prioritaires, tiens... naaaaaaaan, j'déconne, Miss Z, je n'en suis pas encore là ! ;)

Bon week end, les gens, je m'en vais bosser, moi. ;)



vendredi 28 juillet 2017

Embrochés...

Jeudi, vers 14h, au boulot, je reçois un sms d'une de mes sœurs...

"Le ptit Con est tombé en skate, on l'a opéré à 7h30, deux broches dans le poignet, haut de cuisse brûlé, t'inquiète, tout va".

Bon, je sais pas vous, mais moi, quand on me dit "t'inquiète", faut que j'appelle !
Ok, tout va, il a 22 ans (et il fait toujours du skate, oui -_- ), il gère. D'ailleurs, le soir même, il allait faire un tour avec les copains.

Cet aprèm, vers 15h, au boulot, je reçois un appel sur le téléphone fixe...

" Oui Madame la Maman de Bad Mini Boy ? C'est la directrice de la plaine... votre fils vient de partir aux urgences en ambulance, pourriez-vous nous rejoindre à l'Espérance ?"

Tremblements.

Je suis partie comme un zombie.

Je passerai les détails... ma mini Crevette a couru, est tombé dans la cour, et s'est fracturé le coude (oui, merde, le coude !) à deux endroits...  double fracture de la palette humérale, qu'ils disent... opéré en urgence à 18h, on lui a mis... deux broches !

Non, mais c'est pas vrai ! Deux opérations quasi identiques sur deux de mes fils en deux jours d'intervalle (et à 80km de distance) ! On voudrait le faire exprès qu'on n'y arriverait pas !

J'ai failli emballer Bad Baby dans du coton, pour qu'il ne lui arrive rien !

Maintenant j'attends... mon Bad Boy passe la nuit là-bas, Bad Baby est parti chez Parrain, et moi, je bosse demain, pas possible de m'absenter.
Cette nuit sans tous mes Bad va être la plus longue de ma vie...

samedi 8 juillet 2017

Mitigée...

J'ai un boulot que j'aime depuis octobre 2016.

Avec un statut d'intérimaire.

Le souci, c'est qu'en période creuse, on ne fait pas beaucoup appel à moi... je perds donc le beurre à mettre dans les épinards, et avec deux Bad Gnomes qui grandissent et qui ont d'autres besoins, et parfois d'autres envies, une stabilité financière serait la bienvenue.

Alors au mois de juin, la mort dans l'âme, j'ai postulé ailleurs.

Et on m'a répondu.
Positivement.
(c'est bien la preuve que quand on se sort les doigts du cul, on en trouve, du boulot).

Ma première journée d'essai aura lieu ce lundi. Avec contrat à la clef, et mise sur les rails dès jeudi si tout va bien.

Je suis super contente.

Mais je suis aussi super triste de quitter mon job actuel et une équipe de folles avec qui je m'entends vraiment bien.

Mes pensées alors s'égarent et s'autorisent à espérer le fiasco, lundi.

A suivre donc...

Que feriez-vous ? Continuer à attendre qu'on m'appelle épisodiquement ou prendre le taureau par les cornes, lâcher les incertitudes et se fixer, enfin ?


mardi 4 juillet 2017

Spams...

Depuis quelques semaines, j'ai des trolls.

Des trolls, c'est un peu comme les poux, ou comme les tiques... ça s'accroche, et on a du mal à s'en débarrasser.

Mes trolls à moi écrivent en anglais, en espagnol ou en russe, et ils commentent mes billets inlassablement, à croire qu'ils n'ont que ça à foutre de leur vie.

Toujours est-il que j'ai dû changer les paramètres des commentaires... à défaut de pouvoir poser un filtre.

Dans un premier temps, ceux qui ont un compte Google pourront poster un avis, ou une bafouille.

Si les trolls persistent et signent, je vous demanderai de vous inscrire au blog, mes fidèles.

En cas de force majeure, s'ils s'entêtent, je fermerai l'accès aux commentaires, le temps que ça se calme...

Sur ce, je reviens plus tard, et je vous souhaite de merveilleuses vacances. Faites attention à vous, les gens.